Webcomics et jeux vidéo

Comme tout objet de culture, les jeux vidéo ont leurs hommages et leurs parodies. Par le biais de vidéos, de textes ou de dessins les fans détournent leurs titres préférés, parfois pour se moquer gentiment d’une coquille scénaristique, parfois pour partager leurs émotions ou leur nostalgie, et parfois même pour dénoncer certaines dérives marketing.Mais aujourd’hui c’est au dessin que nous allons nous intéresser, et plus précisément aux « webcomics », car certaines de ces mini-bandes-dessinées sont entièrement dédiées au jeu vidéo. Le temps d’un article, nous lâchons donc les manettes pour faire une petite plongée dans l’interwebz afin d’y pêcher quelques perles d’humour vidéoludique. Alors prenez une grande inspiration et suivez-moi !


Bien que les webcomics foisonnent sur la toile, je ne vous en présenterai ici que trois, qui sont selon moi les plus aboutis. Précisons que ceux-ci sont en anglais, mais qu’ils sont malgré tout très accessibles, même pour celles et ceux qui ne sont pas forcément potes avec Shakespeare.

Awkward Zombie

Le webcomic « Awkward Zombie » est réalisé par la très talentueuse Katie Tiedrich, une étudiante américaine en ingénierie mécanique. Elle y publie à peu près toutes les semaines des BD humoristiques sur ses jeux préférés du moment, appréciant tout particulièrement de s’attaquer aux incohérences dans le gameplay ou dans le scénario. Bien qu’elle touche à une grande diversité de titres par ses dessins, on repère assez vite ses chouchous. Depuis la sortie de Super Smash Bros Wii U, par exemple, elle prend un malin plaisir à mettre en scène sa victime préférée, Roy, le personnage de Fire Emblem qui a longtemps disparu de la série susmentionnée et qui semble l’avoir très mal vécu. Katie se dessine aussi régulièrement elle-même ; dans le rôle d’une dresseuse Pokémon ou en commandant Shepard, elle nous rappelle ces moments d’immersion où, comme elle, nous avons été les héros de nos aventures vidéoludiques.

  

N’hésitez pas à vous rendre dans la section « archive » de son site pour y trouver directement les comics qui parlent de vos jeux préférés ; et n’hésitez pas non plus à faire un saut sur le forum pour trouver une explication si une référence vous échappe.

VG Cats

VG Cats (comprenez « video game cats ») est dessiné par Scott Ramsoomair, un illustrateur canadien. Ses héros sont deux chats geeks portant les mêmes noms que ses véritables félins de compagnie, Aeris et Leo, l’un rose et l’autre gris. Ces deux protagonistes explorent l’univers du jeu vidéo, tantôt derrière leurs consoles et tantôt projetés à l’intérieur du jeu, vêtus alors comme les personnages du titre en question.

Depuis 2001, le coup de crayon (ou plutôt de stylet) de l’auteur a énormément évolué. Son style frais et attachant tout comme son humour décalé placent aisément la série parmi les toutes meilleures du web.

  

Notons que Scott est aussi l’auteur d’une série de comics dédiée entièrement à l’univers de Pokemon. Tout aussi drôle, bien qu’un peu plus trash, celle-ci vaut le détour.

Dorkly

Petit frère du site populaire College Humor, Dorkly est une version uniquement dédiée au détournement de la culture geek (films, séries, comics, mangas et jeux vidéo). C’est étonnamment sur ce site, pourtant plus commercial que les deux autres, que nous trouvons les critiques les plus cinglantes à l’égard des stratégies marketing des développeurs. Si le site présente plutôt mal avec ses « memes » à tout va et ses titres « click-bait » du genre « Ces 15 Photos De Pingouins Vont Totalement Changer Votre Vie Pour Toujours Et À Tout Jamais !!! », force est de constater qu’il est malgré tout le repère de quelques bons dessinateurs qui, rien qu’à eux, justifient une visite. Nous y trouvons notamment Julia Lepetit et Andy Kluth, dont voici quelques illustrations.

Une fois n’est pas coutume, pour des illustrations je vous laisse cette fois cliquer ici, ici eeeeeet .

Et, bien que ça ne soit pas notre sujet du jour, je vous recommande chaudement les hallucinantes vidéos de détournement proposées sur le site, telle que l’incroyable série « Pokemon Rusty » (Pokemon Rouille) qui présente les mésaventures du pire dresseur de tous les temps.

Fenisk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.