Xenoblade Chronicles

Bon, vous me direz que revenir sur un jeu publié il y a quatre ans de cela n’est pas vraiment bienvenu, mais les récentes et futures sorties prévues par Nintendo, ainsi que la quasi-unanimité des critiques à son sujet, me poussent à remettre le couvert avec un jeu qui a profondément marqué mon expérience de gamer.

Développeur : Monolight Soft
Année : 2011
Console : Wii
Genre : J-RPG

N’est-ce pas déjà aguicheur?

Xenoblade Chronicles (ゼノブレイド) sort en Août 2011, encore tout chaud du four de l’équipe de Monolight Soft, bien connue pour avoir produit des titres tels que Xenosaga (2002-2006) ou Baten Kaitos (2003-2006). Attendu au tournant, Xenoblade ne tarde pas longtemps avant de ravir son public : une aventure sans égale, sublimée par une bande-son à couper le souffle, un scénario saisissant et un système de jeu des plus immersifs. Le succès est phénoménal. Mais quelle est la recette qui rendit ce baba au rhum si succulent ?

Les Graphismes

Nous sommes en 2011, la Wii est en fin de carrière, mais nous réserve encore une belle surprise. En effet, si certains ont pu se plaindre de la qualité graphique de la console de Nintendo, par rapport à ses concurrentes, rare sont ceux qui n’ont pas apprécié les efforts de Monolight Soft en termes de qualité d’image. Xenoblade Chronicles pousse ainsi la console dans ses derniers retranchements, nous laissant parfois pantois devant la richesse et l’immensité des environnements proposés. Quant aux personnages, ceux-ci sont soignés, diversifiés, et la variété du bestiaire proposé est tout simplement phénoménale.

Le Gameplay

La réelle marque de fabrique de Xenoblade est avant tout son gameplay. Particulièrement riche, le système de combat en temps réel plonge le joueur dans un sentiment d’urgence quant aux décisions à prendre et aux « Arts » utilisés – certains coups devant être assénés sur un point précis de l’ennemi pour être parfaitement efficace.

L’on rencontrera parfois des ennemis forts imposants

Le joueur est ainsi forcé de choisir soigneusement son équipe ainsi que les rôles à attribuer à chaque personnage, l’ordre des attaques et le placement sur le champ de bataille, crucial pour mener à bien certains combats. Mais ce n’est que la première partie d’un système bien plus complet. En effet, outre le combat, Xenoblade propose un inventaire détaillé, une partie de « crafting » ainsi qu’un sociogramme évolué, recensant la quasi-totalité des PNJs du jeu, leurs habitudes et leurs affinités les uns avec les autres. Par ailleurs, la relation entre les divers personnages de l’équipe influence directement les attitudes de ceux-ci en combat, ce qui montre bien la volonté des développeurs de proposer, non seulement un système riche, mais également une expérience totalisante.

La Bande-son

Là encore, l’on ne peut qu’être impressionné par le travail fourni en termes de composition et d’arrangements. De la musique d’ambiance aux envolées orchestrales, tout fait sens et sert à merveille le contenu de l’aventure. Loin de lasser, l’on a parfois envie de retourner dans certaines zones rien que pour y réécouter la musique. Et la musique, parlons-en. La bande-son est signée Yoko Shimomura (Kingdom Hearts, Mario & Luigi : Superstar Saga, Legend of Mana), Manami Kiyota (Mahoroba Final Fantasy Song Book) et Yasunori Mitsuda (Chrono Trigger, Xenosaga). Autant dire que nos oreilles se régalent tout autant que nos mirettes.

Le Scénario

S’il y a bien une chose touchante dans Xenoblade Chronicles, c’est son scénario. Passant d’un rebondissement à l’autre, l’on se réjouit de trouver un propos adulte, parfois complexe et riche en émotions. Difficile de s’arrêter une fois pris dans le tourbillon de l’intrigue, agrémentée, outre les phases d’action et d’exploration, de plus de onze heures de scènes coupées, donnant parfois l’impression de vivre un véritable long-métrage.

La Durée de Vie

L’on pourrait facilement attribuer un deuxième nom à Xenoblade : « Reviens-y » ! Rarement un jeu a proposé autant de contenu. L’histoire principale est, à la base, particulièrement longue – l’on peut compter facilement 60 heures si ce n’est plus, et sans s’ennuyer – mais le jeu ne s’arrête pas là et propose une partie + tout aussi intéressante, dû à la découverte ou à la redécouverte d’anciens environnements, inaccessibles jusqu’alors à cause de monstres trop puissants.

Des environnements à en couper le souffle

Les innombrables quêtes annexes, l’immensité du monde à explorer, la difficulté de certains combats et les différents super-boss disséminés sur la carte, disponibles après avoir atteint un certain point du jeu, offrent une expérience longue de plusieurs centaines d’heures.

Pour terminer…

Xenoblade Chronicles est une expérience unique, tant par son système de jeu que par son univers et son scénario. Même quatre ans après sa sortie, il est l’un des jeux les plus à conseiller de cette dernière décennie et reste indubitablement une référence du genre ; en témoigne sa réédition sur Nintendo 3DS, il y a de cela quelques mois. L’on attend avec impatience son petit frère prévu sur Wii U pour fin 2015, en espérant qu’il saura nous combler autant que le premier du nom.

Les pours et les contres

 

+ Un scénario des plus prenants Des environnements parfois ternes
+ Un monde gigantesque à explorer Des personnages très bavards en combat
+ Un système de jeu parfaitement maîtrisé Quelques angles de caméra capricieux
+ Une maniabilité très vite prise en main
+ Une bande-son à ravir les tympans
+ Des personnages attachants

 

Erther

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.