Japan Impact – Review !

Le weekend du 21 au 22 février, Japan impact a ouvert les portes de sa 8e édition au publique. Pixels s’est rendu sur place afin de mesurer l’ampleur d’un événement qui a su se faire un place importante sur la scène suisse romande. Japan Impact : la plus petite des grandes conventions.

Japan-Impact-2016

« Elle a grandi tellement vite ! » c’est sans doute ce qu’on dû se dire les organisateurs, la larme à l’œil, en voyant, à partir de 9h du matin, la foule se masser devant les quelques guichets de la convention. En effet, à peine arrivés devant l’entrée des bâtiments de l’EPFL, nous ne pouvions douter du succès phénoménal de l’événement. Après s’être frayé un chemin à travers la cohue, nous avons pu retirer nos badges presse. Nous avons donc enfilés nos plus belles oreilles de chat et nous sommes partis à l’assaut d’un festival haut en couleurs.

Du plaisir sous toutes ses formes

A l’intérieur, de nombreuses animations attendaient les visiteurs. Les couloirs de l’Ecole Polytechnique remaniés ont su accueillir, durant deux jours, un nombre gargantuesque de chose. Du traditionnel concours de Cosplay (le fait de se costumer en personnages de jeux vidéo, d’animé, de séries, etc…), à la présentation d’arts martiaux, en passant par moult conférences et ateliers créatifs, la Japan a su proposer, tout au long de son week-end, une grand variété d’activités pour le plaisir de tous.

Un coach des plus encourageants!
Un coach des plus encourageants!

On trouvait aussi plusieurs stands dédiés aux jeux vidéo. De la NES à la Wii U,  de Soul Calibur II au tout récent Street Fighter V, du Just Dance entre bons amis aux tournois endiablés de Super Smash Bros., tout le monde y trouvait son compte, le plus sympathique casual comme le plus gros des tryhards. Les écrans embrasés de milles couleurs offraient à la curiosité du public un spectacle captivant.

Mais que les gourmands se rassurent, il n’y en avait pas que pour les yeux. Pour tous ceux qui se sentaient tiraillés par de petites faims, de nombreux stand proposaient aux visiteurs de savourer de délicieux mets à prix réduits. Que votre passion pour le soleil levant s’arrête là où celle pour les hot-dogs commence, ou bien que vous désiriez vous plonger gustativement dans la culture asiatique, vous pouviez trouver nourriture à votre bouche.

Et bien sûr, impossible de terminer sa journée sans vous lancer à corps perdu dans les nombreux stands à goodies, éparpillés – les stands, pas les goodies hein ! – tout le long de l’expo. S’il vous manquait la dernière figurine un peu olé-olé de Maya de Tengou Tenge ou que vous rêviez d’acheter une peluche taille double XL de Méga-Flagadoss en pleine action, vous ne pouviez tomber mieux. Tous ces stands formaient, à eux seul, le plus grand magasin de goodies qu’il vous était possible de trouver et un joyeux mélange de toute la culture geek de ces cinquante dernières années.

Un rassemblement familial

Tout le festival vous était servi par une équipe presque totalement étudiante, qui vous offrait gentillesse et sourires. Et justement, pour comprendre d’où provient la force de Japan Impact, il est important de remonter à la source et de regarder par qui est organisé cet événement, qui rassemble plus de monde chaque année. Mis en place par PolyJapan, une association étudiante de l’EPFL, Japan Impact a pour but d’offrir un lieu d’accueil chaleureux pour tous les intéressés, de près comme de loin, à la culture japonaise. C’est ainsi que l’on a pu voir se mêler au public, des familles, enfants et parents, tous motivés par cette même joie de vivre qui imprégnait l’atmosphère.

Cherchez l intrus
Cherchez l’intrus

C’est ce cadre familial qui a su nous séduire également. Lors d’interviews que nous avons réalisées, de nombreux festivaliers nous avouaient apprécier cette ambiance chaleureuse et ce festival « à échelle humaine ». « Ici c’est plus convivial ! » nous avouait une festivalière, lorsqu’on lui demandait pourquoi elle revenait chaque année. D’autres encore nous disaient qu’ils venaient ici plutôt qu’ailleurs, parce que cela leur permettait de faire une sortie en famille, sans se sentir quelque peu en retrait. A noter aussi que la plupart des ateliers, proposés dans le cadre du festival, s’adressaient à un public très large et il n’était pas anodin de croiser des enfants aller et venir à travers les diverses activités du festival.

Ainsi, on peut le dire haut et fort, la flamme de Japan Impact provient de tous les merveilleux artistes que nous avons pu rencontrer, de tous les cosplayers qui nous ont régalés de leurs créations, de tous les membres du staff qui nous ont si bien accueillis, et bien sûr de tous les festivaliers avec qui nous avons pu échanger, rire, partager.

Même les Jedis et les Siths faisaient une trêve le temps du festival!
Même les Jedis et les Siths font une trêve le temps du festival!

En somme

Ce voyage à Japan Impact a été une excellente surprise. Nous y avons passé un formidable moment et y avons rencontré des personnes extraordinaires, qui ont su nous transmettre leur enthousiasme pour la plus petite des grandes conventions de Suisse romande. Aimé par ses visiteurs autant que par son équipe de bénévole, nous ne doutons pas de la réussite de la prochaine édition du festival étudiant lausannois et nous y retournerons avec plaisir. En espérant vous y revoir bien sûr !

Guimauve et Chocolat!

Aurobindo et Erther

 

P.S: Si vous voulez revoir nos aventures en vidéos:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.