Hitman (2016)

Après un jeu controversé à cause d’un gameplay plus facile d’accès et une simplification des mécaniques de jeu, la saga Hitman a laissé un froid parmi les joueurs. 4 ans plus tard, IO Interactive revient en force avec un nouvel opus, cette fois épisodique. Les développeurs mettent en avant un retour aux sources du gameplay pour un jeu qui plaira autant aux puristes qu’aux nouveaux venus. Malgré un effort sur des points que les joueurs avaient trouvé négatifs, on se retrouve face à un jeu accueilli avec des réponses très mitigées. Échec ou mauvaise foi ? Coup d’œil sur le nouveau Hitman.

13303615761260.822.1dde4da9301213e2cbd5ff1750571d40

Développeur : IO Intervactive
Date de sortie : 11 Mars 2016
Consoles : PC, PS4, XBOX ONE
Genre : Action/Infiltration

Un très beau jeu pour une très laide optimisation

Comme pour chaque nouveau jeu, la première impression qu’on se fait vient de son aspect visuel. Dans le cas du dernier Hitman, le jeu offre un rendu magnifique et un souci du détail incroyable dans les intérieurs, le tout couplé à une lumière bien faite et réaliste. Les maps sont gigantesques et le moteur Glacier permet d’afficher un nombre incroyable de PNJ. À l’exception de quelques bavures, comme les feuilles et l’herbe, les graphismes sont d’excellente facture dans des environnements immenses et détaillés… à condition d’avoir une machine de guerre. L’optimisation est exécrable, et le jeu demande un ordinateur haut-de-gamme afin d’en profiter pleinement. En 2016, les gamers estiment qu’IO Interactive frise le scandale en offrant un jeu qui demande autant de ressources.

20160409180653_1
Le jeu propose de très belles lumières et des environnements gigantesques.

Une nouvelle recrue : 47

Hitman raconte les débuts de l’Agent 47, comment il est entré dans l’Agence et comment il a rencontré Diana Burnwood. Le joueur effectue ses premiers contrats, à la poursuite d’une société secrète nommée IAGO, où l’on paye pour avoir des informations, corrompre des gouvernements, assassiner des opposants et faire chanter des pays entiers. Le joueur comprend donc vite qui sont les méchants de l’histoire et le scénario est finalement peu important car 47 suit ici simplement les ordres de l’Agence.
La particularité de l’histoire est son côté épisodique. En effet, le jeu est constamment mis à jour pour ajouter missions, quêtes secondaires, items et bonus. Le problème de cette décision est que le scénario n’est pas pensé pour être découpé, et les découpes entre chaque « épisode » sont très artificielle.

20160320120243_1
Comme pour Absolution, la mise en scène est grandiose.

Retour aux sources et nouveautés

L’équipe d’IO Interactive a décidé à nouveau de changer quelques aspects du gameplay, ajoutant des éléments nouveaux et réintroduisant des mécaniques retirées.

20160403090159_1

Le premier changement est donc la disparition de l’instinct dont il était traité dans l’article sur Hitman: Absolution, et, par extension, des pouvoirs qu’il octroyait. On ne peut plus se cacher le visage pour passer inaperçu, et le mode reflexe n’existe plus. Les joueurs peuvent en revanche toujours guigner au travers des murs, mais ce pouvoir peut désormais être utilisé à tout moment et indéfiniment si besoin. Il peut, par contre, être désactivé à tout moment, pour ceux qui ne supporteraient pas cette capacité.
La deuxième grande différence consiste en une modification drastique de l’IA par rapport au titre précédant. Ici encore, les déguisements sont la clé de la réussite, et comme pour Absolution, les collègues se connaissent entre eux et pourront émettre des doutes quant à votre identité. Mais il ne s’agit plus de l’intégralité des gens comme auparavant : dans ce Hitman, la plupart des PNJ ne voient que l’uniforme, et peu regardent vraiment le visage – c’est du moins l’explication que le jeu nous donne quant au fait que seule une personne sur dix est capable de démasquer 47.
Afin de ne pas perdre les puristes qui pourraient trouver le jeu trop simple, Hitman propose des mission nommées escalation, qui sont des défis que l’on doit faire cinq fois, chaque fois avec une difficulté supplémentaire. De plus, les actions que 47 réalise vont, comme toujours, rapporter des points, et le tout est basé sur le scoring. Le jeu encourage donc une réalisation parfaite des assassinats, avec un système de score et de missions évolutives.

20160405203525_1
« J’ai une invitation »

Renouveau et bande-son

Contrairement à Hitman: Absolution qui avait fait un tôlé suite à l’annonce de la non participation de David Bateson en tant que doubleur de 47, dans ce sixième opus, IO Interactive a joué la sécurité en annonçant directement et officiellement la participation de l’acteur. Le jeu offre donc la voix originale de 47, et les doublages, en général, sont de très bonne facture, insufflant de la vie aux personnages. Une particularité de ce Hitman est la présence de dialogues pour les PNJ, créant un univers cohérent et vraisemblable, dans lequel tendre l’oreille peut s’avérer être un véritable atout pour connaître les tours de garde et les évènements qui vont se produire, ici appelés des opportunités.
Pour ce qui est de l’OST, le même reproche que pour Absolution peut se faire. Comme pour le précédent opus, la musique est très bonne et sait poser une ambiance durant le jeu et les cutscenes, mais elle se fait discrète durant les phases de gameplay, et ne reste pas dans les annales.

Des défauts qui méritent d’être soulignés

Le jeu a tout de même quelques défauts en dépit de son optimisation. Le plus gros d’entre eux est le choix de forcer le joueur à être connecté à internet sur un jeu solo. La raison à cela est qu’IO Interactive collecte les données de jeu en temps réel afin de proposer des escalations qui vont à l’encontre de la façon qu’a la communauté de finir les missions. L’intention est louable, mais la mise en place est ratée, entrainant des déconnexions régulières qui arrêtent la mission en cours tant que la connexion n’est pas rétablie.
Un autre défaut à noter est l’IA, qui s’avèrera très aléatoire. Il est par exemple possible d’entrer dans un lieu gardé simplement en passant par la porte, car les soldats ne s’inquiètent que lorsque 47 se trouve à l’intérieur de la pièce, tout comme il arrive de se faire démasquer du coin de l’œil par un PNJ se trouvant à l’autre bout de la pièce.
Bien qu’il y ait quelques bugs comme un cadavre qui fusionne avec le sol, ou des téléportations de certains PNJ, le jeu est plutôt solide et les développeurs sont très actifs sur les forums de la communauté pour prendre en compte les feedbacks fournis par les joueurs afin de corriger au plus vite les problèmes rencontrés.

20160328190332_1
Grrrrr…

Un jeu réussi malgré quelques défauts

Avec sa rejouabilité impressionnante, des maps ouvertes gigantesques, un gameplay mélangeant le vieux et le neuf, des forums de discussions actifs et des missions évolutives, ce nouveau Hitman scotchera le joueur à son siège pour un grand nombre d’heures. En fin de compte, si vous parvenez à faire l’impasse sur l’optimisation du jeu et de ses serveurs, Hitman est très divertissant et son contenu débordant saura vous rassasier pour un moment.

hitman-2016-episode-one-ps4-review-10
Il est temps de s’en aller…

Pours et contres

+ Des graphismes somptueux  Une optimisation à la ramasse
+ Un gameplay aux multiples facettes  La nécessité d’être connecté à internet pour un jeu solo
+ Un nombre impressionnant de possibilités pour faire la même mission, offrant une rejouabilité importante En ce moment, le nombre de map s’élève à trois, il est donc conseillé d’attendre la version complète en 2017 si on est gourmand en contenu
+ Des missions supplémentaires qui tiennent compte de la façon de jouer des gens afin de les surprendre   Une IA très aléatoire dans son fonctionnement
+ La possibilité de s’identifier à 47 car il retrouve son côté « tueur froid et inconnu »   Un scénario pas si intéressant que ça
+ Des doublages de qualité qui peuvent amener des avantages tactiques comme les « opportunités »    Une bande originale trop discrète
+ Des mises à jour régulières et du nouveau contenu toutes les deux semaines    Un style épisodique pas très pertinent

Ante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.