Le cosplay – Rencontre avec Kaali #2

Dans cette deuxième partie d’interview avec Kaali on parle conventions, concours et communautés de cosplayeurs. Eh oui, car une fois le costume terminé vient l’heure de le porter, d’incarner son personnage et éventuellement de le présenter en concours !

                          10418498_974722812540997_5302602413458200776_n   12790933_749574551846783_5756968343754333701_n

Chère Kaali, on sait tous comment c’est de se rendre dans une convention comme Polymanga en temps que visiteur lambda, mais comment est-ce en tant que cosplayeuse ?

C’est simple, si je n’étais plus cosplayeuse, je n’irais plus à Polymanga… C’est devenu trop grand et l’ambiance est de plus en plus désagréable ; ça n’est plus un lieu convivial comme peut l’être Japan Impact. Si je continue à y aller malgré tout c’est pour les amis, on est vraiment une communauté de cosplayeurs incroyable en Suisse. J’ai commencé à les côtoyer il n’y a que 2 ans mais certains comptent déjà parmi les personnes qui me sont les plus chères.

Ça a l’air d’être une chouette équipe ! Et en convention vous participez donc à des concours. Tu peux nous en dire un peu plus sur les différentes catégories et leurs fonctionnements ?

Souvent on trouve des catégories « solo » et « groupe » générales auxquelles tu t’inscris pour t’amuser, pas pour décrocher une sélection. Après tu as justement les catégories « solo » et « groupe » de sélection. En Suisse, on a par exemple des sélections pour l’ECG (Euro Cosplay Gathering) qui se déroule en juillet à Paris, à la Japan Expo ; mais aussi des sélections pour l’EC (Euro Cosplay de Londres) qui se déroulent un coup à Polymanga, un coup à Japan Impact ; mais encore la CCCC (en Hollande); la Yamato Cup (au Brésil) ; le WCS (World Cosplay Summit à Nagoya, Japon) et le CWM (au Portugal)… Mon dieu, ça en fait énormément… Le plus connu chez nous est l’ECG.

Wow ! Et donc, un concours, comment ça se passe ? Par exemple au niveau de l’évaluation ?

Tout dépend du concours. Si on prend l’ECG par exemple, c’est 50% costume, 50% prestation. Donc même avec un costume peu sophistiqué tu peux gagner en assurant le show. Cela dit, il est bien vu de ne pas présenter que du tissus. Avec nos costumes de Chrono Crusade nous portions également des pistolets que nous avons fabriqués, une boîte en bois et même une voiture !
Au niveau de la prestation le jury juge la compréhensibilité, car si tu présentes quelque chose que seuls les fans de la série peuvent comprendre, c’est pas sympa pour un public de 14’000 personnes. Les autres critères sont similaires à ceux du théâtre : il s’agit de ne pas tourner le dos à son public, de s’exprimer clairement, d’être original… Et on ne voit pas la note finale, bien qu’on puisse aller poser des questions au jury, ce qui est d’ailleurs très intéressant. À polymanga, ils m’ont par exemple expliqué qu’ils trouvaient les bracelets de ma Tyrande trop lisses et que j’aurais dû leur donner un effet de métal usé, bien que je ne sois pas vraiment d’accord avec ça… je voulais justement un équipement « shiny » qui correspond à son statut de grande prêtresse ; mais c’est aussi ça le cosplay : des points de vue différents qu’il est toujours intéressant de prendre en compte.

     14355141_1425793067436126_5544395083904271090_n 12670403_1269894776359290_3613906838074272111_n

Hmmm… étant moi aussi un grand fan de l’univers Warcraft, je suis aussi d’avis que les armures dans le jeu son bien plus souvent d’apparence brillante, kitsch et colorée qu’usée !

Effectivement, on n’est pas toujours d’accord avec le jury, mais ce qu’il nous dit est souvent très pertinent. Par exemple, je sais que j’ai perdu 3-4 places à Polymanga parce que je n’avais pas les oreilles de Tyrande. Dans les cosplays de groupe il est important aussi que les costumes soient homogènes : de même niveau et réalisés dans les mêmes matières.

Personnellement, tu préfères le cosplay solo ou par groupe ?

Par groupe. Déjà parce que les prestations durent entre 2 min et 2 min 30 alors qu’en solo tu n’as qu’entre 1 min et 1 min 30, ce qui fait que tu peux plus facilement construire une histoire autour de la prestation avec un groupe.

Et est-ce que vous fabriquez vos costumes ensemble pour un concours groupe ?

Oui, on s’entraide et on échange des conseils. On peut se répartir le travail aussi : si une personne est super douée avec le Worbla elle s’occupe de réaliser ces pièces pendant que celle qui est meilleure en couture s’occupe des parties tissus.

Sur scène, et même pendant la convention en général, à quel point est-ce qu’on s’investit dans le personnage ?

Là aussi tout dépend des gens. Moi, avant de monter sur scène, c’est horrible, j’ai envie de mourir… mais une fois lancée j’adore ça et je le vis à fond ! En Tyrande, à Japan Impact, je souriais d’ailleurs beaucoup trop alors que ce personnage ne doit pas sourire ! Sur scène tu es dans un autre monde, et je me me souviens rarement de comment je me sentais exactement à ce moment-là.
Quand je me balade dans la convention, par contre, je suis plutôt moi-même et je rigole avec mes amies ; même en Tyrande tu me verras toujours sourire. Je me remets dans la peau du personnage quand il faut faire des photos par contre.
Je sais qu’au Japon ils ont plutôt tendance à incarner leur personnage tant qu’ils portent le costume, d’ailleurs les cosplays là-bas sont souvent réalisés par une personne pour être portés par une autre, un modèle. Aux Etats-Unis c’est encore différent, ils ne jouent pas de prestation sur scène, ils se contentent de défiler. Il y a donc d’importantes différences culturelles dans la pratique du cosplay.

                      14324573_1423101471038619_6955596042133951572_o 13516420_1358677354147698_1781048041040016097_n 10259949_845087162173389_8466922116076236831_n

Parlons un peu des shooting photo dans le cosplay. Comment est-ce qu’on choisit son photographe ?

Ça passe un peu par le bouche-à-oreille et on fait parfois de très belles rencontres. Certains deviennent des amis. Un photographe du nom de Wilou m’a par exemple contactée sur ma page Facebook pour nous proposer à moi et mes amies que nous nous retrouvions à la Japan Expo pour un petit shooting. Ce sont en général des spécialistes de la photographie cosplay qui font vraiment partie de la communauté. Ils font un travail de dingue sur ces photos, c’est un vrai métier, c’est pourquoi il est important de ne surtout pas retirer leurs signatures des images. Il existe un site où la plupart des cosplayeurs du monde entier publient leurs meilleurs clichés : https://worldcosplay.net

En parlant de rencontres, j’ai vu une belle photo de toi en Tyrande accompagnée de Kael’thas, le fier prince des elfes de sang (également de World of Warcraft) ! Tu l’as croisé par hasard ?

En fait, c’est lors de la convention Mang’azur de Toulon qu’on est tombées sur ce gars génial, Aokiji Cosplay, qui connaissait l’une des cosplayeuses qui nous accompagnait et qui avait lui aussi un costume World of Warcraft. Du coup il fallait absolument que nous fassions quelques photos ! On est d’ailleurs restés en contact depuis.

Au final, qu’est-ce que tu préfères dans le cosplay ?

Le plus sympa c’est justement de rencontrer des gens et d’aller partout. Même si ça n’était pas très loin, j’ai adoré aller à Toulon ! Mon rêve c’est de voyager et évidemment d’aller au Japon. Aujourd’hui c’est possible grâce aux concours ; les deux gagnantes de la sélection WCS à Polymanga se sont vues offrir deux semaines à Nagoya !

… et qu’est-ce que tu aimes le moins ?

Le moment où il faut se lancer dans la fabrication… Je réfléchis à comment sera mon costume, j’ai plein d’idées, mais j’ai vraiment beaucoup de mal à me dire « allez, maintenant on y va ! ». En fait, je redoute surtout la partie tissus des costumes, en particulier le patronage qui n’est vraiment pas facile.

                    13076861_473462879508846_7841627645567554776_n 10433887_984248611607096_4609158198489744936_n

Quel est le meilleur souvenir de toute ta carrière de cosplayeuse ?

Le moment où on a gagné le concours ECG à Polymanga. On était super déçues de notre prestation, rien ne s’était passé comme prévu sur scène, plusieurs accessoires n’ont pas fonctionné et d’autres n’étaient pas à leur place, bref… On en est ressorties en pleurant dans les bras de nos amies et on n’en espérait vraiment rien, ça a donc été un immense ascenseur émotionnel quand ils ont annoncé que nous avions gagné !

… et ton pire souvenir ?

Tyrande à Japan Impact. Il me manquait les oreilles et j’avais mal pensé le costume. Je ne voyais rien, j’avais beaucoup trop chaud, la perruque était trop petite et me serrait tellement la tête que j’avais envie de vomir ; le corset était beaucoup trop serré au point que j’avais des bleus et que j’avais mal quand je respirais et du fait que j’avais perdu du poids depuis la création du costume, la jupe ne tenait plus et traînait par-terre, bref… c’était infernal ! D’habitude j’ai du plaisir à faire quelques photos souvenir après le concours, mais là je n’en avais même plus envie, je voulais juste enlever ce costume… Par la suite je l’ai réparé et repensé, maintenant ça va un peu mieux.

Est-ce que tu as un ou une cosplayeur/euse préféré/e ?

Je dirais Lightning. Elle a aussi fait du Warcraft et elle préfère comme moi les personnages badass qui en imposent aux personnages kawaï (mignons). Elle a même fait une Tyrande, comme moi, mais dans sa version Heroes of the Storm. J’apprécie aussi beaucoup le fait qu’elle réalise des tutoriaux pour les autres cosplayeurs, tout comme Kamui, une autre cosplayeuse allemande.

À ce propos, est-ce que les cosplayeurs s’échangent des conseils ou est-ce qu’ils ont plutôt tendance à garder leurs secrets pour eux ?

Dans la communauté suisse en tout cas on est du genre à s’entraider. On a un groupe Facebook qui s’appelle Swiss Cosplay Family dans lequel nous discutons et échangeons des conseils de fabrication, et il y a aussi une page publique que tout le monde peut consulter. Quelqu’un m’a par exemple récemment demandé s’il pouvait s’inspirer de mes dessins d’accessoires de Tyrande pour ses personnages à lui, je lui ai répondu qu’il n’y avait aucun souci. Il suffit de demander en n’oubliant pas de citer la personne en retour.

Quels conseils donnerais-tu à une personne novice qui décide de se mettre au cosplay ?

Je lui conseillerais de ne pas mettre la barre trop haut dès le début. De commencer avec quelque chose de simple comme le costume de Flora. Il ne faut pas hésiter à demander des conseils aux cosplayeurs expérimentés; la communauté est vraiment super sympa et la plupart d’entre eux partagent volontiers. Au début on ne sait pas forcément où se procurer les matériaux ni quelles sont les meilleurs adresses pour certains accessoires, comme les perruques. Chech et moi avons demandé conseil à Stylouz pour la fabrication d’armes et il nous a répondu avec des monstres pavés d’informations !

Wow! À voir ses photos il a fait des trucs incroyables lui aussi ! On arrive donc au terme de cette interview. Merci infiniment Kaali pour toutes ces explications ! Une dernière chose : quel sera le prochain cosplay que tu réaliseras ?

J’ai plusieurs projets: Diane de Seven Deadly Sins, Winry de Full Metal Alchemist, mon elfe de la nuit illidari (World of Warcraft) et ma version humanisée d’Altaria (Pokémon).

                    4633179-7887780981-latest       winryrockbellanime       14606513_1448390991843000_4346962762670409918_n       altaria_by_shilokh-d36evhm

Fenisk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.