Swiss Fantasy Show – Review !

Le temps, devenu plus maussade, incite à rester chez soi devant son ordinateur. La folie des élections présidentielles vient de se dissiper, les « R.I.P. America » laissant place aux habituelles publications facebook du Gorafi, de  Tasty et de Topito. L’heure semble ainsi se prêter idéalement à un petit rafraîchissement de mémoire. C’est que Pixels a suivi assidûment un événement il y a quelques semaines; cet événement, c’est la troisième édition du Swiss Fantasy Show, et on vous en propose ici une petite review, à froid.

 8992579-14272034

Mais c’est quoi le Swiss Fantasy Show ? Légitime question que nous pose Léopold, 15 ans, dans la Loire. Le Swiss Fantasy Show c’est un grand festival basé sur tout ce qui touche à la science-fiction, au fantastique et à l' »Heroic Fantasy ». Leur devise: « donner à l’imaginaire ses lettres de noblesse en Suisse romande ». Un beau projet que voilà et disons-le, fort bien réalisé ! En effet, le panel d’animations et de stands proposés tout au long de cette manifestation est des plus fleuris. Au programme : des spectacles de cascades et des combats au sabre laser, des concours de cosplay et de costumes divers et variés, sans oublier les conférences données par les personnalités invitées (et pas des moindres !). Nous allons donc essayer de vous faire un très bref tour d’horizon sur ce qui a marqué cette troisième édition et sur les grandes forces d’un rassemblement comme celui-ci.

La guest-list

L’une des premières forces de la Swiss Fantasy Show, c’est sa sélection des personnalités participant à l’événement. En effet, il nous a été donné de voir de très près les acteurs Anthony Daniels (C3PO – Star Wars), John Noble (Denethor – Le Seigneur des Anneaux / Walter Bishop – Fringe), Corin Nemec (Jonas Quinn – Stargate SG-1), Kerry Ingram (Shireen Baratheon – Game of Thrones), Stanislav Ianevski (Viktor Krum – Harry Potter) ainsi que Jon Howe qui n’est autre que l’illustrateur des livres et le directeur artistique des films de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Tous, à l’exception de ce dernier, nous ont régalé d’une conférence ouverte, où l’interaction avec le public se faisait tout naturellement. Ces moments de partage étaient fort agréable et ils permettaient de rapprocher sensiblement ces personnalités du public venu pour les voir.

mx6a1037

Outre les grandes stars de cinéma, d’autres personnalités, bien plus influentes au niveau national, étaient présentes. On pense notamment aux diverses conférences sur la Maison d’Ailleurs avec Marc Attalah (son directeur et également professeur à l’UNIL), le Greisinger Museum (un musée dédié à la culture « Heroic Fantasy » situé dans les Grisons) ou encore la Saber Force Academy (une école romande pour apprendre l’art du combat au sabre laser et l’utilisation de la Force) et bien d’autres.

Les animations

La partie animation était très active également. Divers espaces y étaient dédiés, comme la tente, qui accueillait les contes et les parties de Loup-Garou, la scène extérieure et son spectacle de cascades, ou encore la grande scène qui laissait place à divers quizz ouverts au public, avec la possibilité de gagner différents prix. Parallèlement à ça, une salle dédiée aux jeux vidéo ouvrait également ses portes aux visiteurs, proposant plusieurs stands mis en place par la Gaming Federation ou encore l’association Flashback Retrogaming. S’ajoutent encore, bien évidemment, les concours de cosplay et de costumes ouverts à tous les amateurs.

mx6a1024

L’ambiance

Le point fort du festival est sans aucun doute l’ambiance dans laquelle on a pu évoluer. En effet, on est loin de l’oppression des immenses rendez-vous comme le Comic-Con et autres. Ici, l’heure est à la fête et au partage, à la découverte en famille d’un monde qui a touché bien des générations. Tout est fait pour qu’on s’y sente accueilli. Les cosplayeurs défilent allègrement dans les couloirs d’une convention à échelle humaine, ni trop petite, ni trop grande. On peut y faire beaucoup de choses différentes et on ne se sent pas pressé. Oui, le Swiss Fantasy Show c’est ça, avant tout : un endroit où il fait bon se rendre, que ce soit avec les « amigos » ou papa-maman. Sans oublier Max, le golden retriever de la famille.

mx6a1094

En somme

Avec tout ce qu’on nous propose là, on peut aisément en tirer une conclusion : on y est bien au Swiss Fantasy Show. C’est beau, c’est chouette, ça claque et c’est pas cher. Au final, on a envie de ne dire qu’une chose : on y retournera, hein !

mx6a1056

Erther

 

La vidéo ne nos péripéties sur le festival:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.