Pokémon Sun and Moon

Pour fêter les vingt ans de leur périple de dresseur, un jeune couple de nos régions s’est rendu sur l’archipel d’Alola pour tenter l’aventure Pokémon. Dans cette review un peu particulière, j’ai décidé d’interroger ces personnes de terrain afin qu’ils nous partagent leur expérience et vous aident, chers lecteurs, à vous décider de vous rendre en direction d’Alola ou non. J’ai donc interviewé Cora, jeune femme dynamique et motivée aux cheveux brillants, ainsi que son petit ami Saizo, jeune homme calme et posé affichant une belle barbe bien fournie. Tous deux ont accepté de répondre à ces questions aussi personnelles que révélatrices!

Développeur : Game Freak
Date de sortie : 18 novembre 2016
Console : Nintendo 3DS
Genres : RPG

PIXELS MAG : Vous rentrez d’un long voyage dans la région d’Alola. Décrivez-nous un peu cette région!
Cora : Pfiou ! (ouvre un Soda Cool) C’était un long voyage, effectivement. Mais très sympathique. J’ai eu la chance de pouvoir participer au « Tour des îles », un rite de passage organisé pour les jeunes dresseurs. Je suis contente d’être rentrée, mais j’avoue que j’y retournerais bien pour mes prochaines vacances !
Saizo : La région d’Alola est splendide ! J’ai pu explorer quatre îles paradisiaques et je dirais même que cet archipel est plus joli que celui d’Hoenn. En plus, il y fait bon vivre, les habitants allient confort moderne et traditions. La musique d’ambiance sur place est aussi superbe.

Un cadre atypique.

PIXELS MAG : Après vingt ans à sillonner le monde à la recherche de Pokémon, qu’est-ce qui rend Alola différente des autres régions que vous avez traversé jusqu’ici?
Cora : Clairement le tour des îles ! On parcourt et découvre la région au fil des épreuves ludiques organisées par les doyens de chaque île. Notre route se retrouve mêlée à celle de plein d’autres personnes, plus encore que dans les autres régions. C’est presque spirituel aussi. On est surveillé par des gardiens, sorte d’esprits ancestraux et respectés, et il y a une sorte de cérémonie où notre starter décide de faire de nous son dresseur ou non !
Saizo : Vingt ans déjà… J’ai l’impression que mon départ de Bourg Palette remonte à hier ! La communauté d’Alola est particulièrement vivante, je n’avais rien vu de tel auparavant. Tous les habitants m’ont considéré comme un ami. Alola transpire la joie de vivre. Là-bas, ils n’ont pas de CS, on doit trouver d’autres moyens d’agir sur l’environnement, c’est nouveau et stimulant.

Sélection naturelle.

PIXELS MAG : Il paraît que là-bas, les Pokémon qui nous sont familiers sont un peu différents?
Cora : Effectivement ! L’archipel étant séparé de nos régions habituelles, les Pokémon y ont évolué différemment aux cours des siècles. Prenez par exemple Noadkoko: chez nous il est de type plante, pas très grand et un peu rondouillard. Et bien figurez-vous que ce n’est pas le cas à Alola ! Il est gigantesque et beaucoup plus fin ! À plusieurs reprises je me suis appuyée contre certains, les confondant avec des palmiers. Ils sont aussi de type dragon d’ailleurs !
Saizo : Oui ! c’est incroyable ! Mais c’est aussi très…. perturbant…. certains Pokémon se sont en effet adaptés à l’environnement d’Alola. Question de survie j’imagine ? Mais je me pose des questions tout de même, comment leur Grotadmorv a-t-il pu devenir multicolore ? Qui est le Noadkoko d’origine ? Le petit ou le grand ? Que de mystère ! 

PIXELS MAG : Et qu’avez-vous penser des nouveaux Pokémon que vous avez découverts sur place?
Cora : Certains m’ont beaucoup plu, d’autres moins. J’ai par exemple adoré les Cocombaffes ! Ils sont tellement adorables et bizarres ! Je passais la plupart de mon temps sur les plages à les remettre à la mer. C’est qu’ils sèchent sinon… Par contre, j’ai eu plus de peine avec les Prédasteries. Elles sont très belles mais est-ce que vous saviez que ces sales bêtes mangent les Corayons ?! Et ce sont aussi de vraies plaies en combat.
Saizo : Je ne suis pas déçu, je sus même ravi ! J’ai même découvert plus que de simples nouveaux pokémons. J’ai collaboré avec la police internationale pour capturer des…(rire) c’est classé secret défense je n’en dirai pas plus.

PIXELS MAG : Bien sûr, les Pokémon ne sont pas seuls sur les îles. Comment était la population locale?
Cora : Très accueillante ! Ils ont un salut spécial accompagné de petites vagues avec les bras. « Alola ~~ » ! Là bas, c’est aussi toléré de se promener à dos de Pokémon presque partout, j’ai trouvé ça très pratique pour me déplacer.
Saizo : Vous voulez dire en plus d’être super amicale ? Et bien… comment dire… Je soupçonne un piège à touristes… mais ils m’ont fait participer à leurs cérémonies traditionnelles et c’était vraiment super ! Ils appellent ça un « tour des îles » et tout au long de mon aventure les gens m’ont accueilli les bras ouvert. Oh ! Et quelle générosité ! Chaque fois que je buvais mon café du matin, le serveur m’offrait une spécialité locale.

PIXELS MAG : Comment se passent les combats? Y a-t-il des différences avec ce que vous connaissiez jusqu’à maintenant?
Cora : Les forces Z ! C’est un peu compliqué à expliquer et je ne suis pas sûre de bien y arriver, peut-être que mon petit ami le fera mieux que moi (rire gêné).
Saizo : En effet… Il y a ces cristaux qui permettent aux Pokémon de déchainer leur potentiel. Rendez vous compte, j’ai vu un jeune dresseur décimer une équipe adverse avec un Magicarpe! Mais je n’en comprends pas très bien l’utilité stratégique pour l’instant car un Pokémon avec un cristal c’est un Pokémon sans objet de combat ! Après j’avoue, je les ai essayé, et ça m’a sorti du pétrin plus d’une fois durant mon aventure !

PIXELS MAG : J’ai entendu dire que le Pokédex obtenait de nouvelles capacités, de quoi s’agit-il?
Cora : On peut maintenant prendre des photos avec ! Et plus on a de « likes », plus l’appareil s’améliore. C’est vraiment très… actuel j’imagine ? En tout cas, je dois bien avouer que ça m’a plu. Sa nouvelle interface était au départ un peu compliquée à cerner, mais une fois que c’est intégré, on en comprend les avantages.
Saizo : Et bien figurez-vous que mon Pokédex s’est vu possédé par un Motisma! Du coup j’avais un compagnon de plus qui me guidait sur les îles et me donnait des conseils de temps en temps. Ce qui est plus révolutionnaire encore, c’est la nouvelle fonctionnalité de banque : je peux maintenant synchroniser mon Pokédex avec les données récoltées dans mes précédentes aventures à Kalos ou Hoenn !

PIXELS MAG : Sur Alola, on peut rencontrer une sorte de « Team Rocket » locale, la Team Skull, avez-vous eu affaire à eux?
Cora : Oui. C’est plus des rigolos qu’autre chose. Ils ne sont pas si méchants que ça, juste un peu plus organisés que les habituels voyous que l’on croise dans les autres régions. Je les ai même trouvé assez drôle, pour être honnête. Et puis, il y a plus dangereux, mais je n’en dirai pas plus !
Saizo : Hélas oui, mais bon c’est des jeunes vous savez; « yo », « wesh », « couz », on est tous passés par là…quoique… m’enfin, dans tout les cas ils font plus de bruit que de mal !

Intimidant? Pas vraiment…

PIXELS MAG : Dans l’ensemble, y a-t-il des choses qui vous ont déplu lors de ce voyage?
Cora : Je ne vois rien comme ça ! C’était une très bonne expérience, pleine de nouveautés.
Saizo : Oh, je n’ai toujours pas découvert de Pokémon du double type fée/ténèbre, ce qui m’attriste beaucoup. Autre chose encore: c’est vraiment étrange… mais les Pokémon ne réagissent plus de la même manière à la confusion ou la paralysie… très bizarre…

PIXELS MAG : Pixels, sa rédaction et ses lecteurs vous remercient sincèrement pour votre expertise. Nous vous poserons une dernière question:  recommanderiez-vous aux dresseurs Pokémon de se rendre sur Alola? A quelles conditions?
Cora : Prenez de la crème solaire et du repousse ! Je me suis fait dévorer par des Bombydous !
Saizo : Quatre îles paradisiaques, des Pokémon locaux que l’on ne trouve nulle part ailleurs, que vous faut-il de plus !? Si vous hésitez, sachez qu’une démo est disponible et qu’un Pokémon exclusif s’y trouve (clin d’oeil).

Il semblerait donc que nos deux protagonistes ont beaucoup apprécié l’expérience Alola. En résumé, ils ont beaucoup apprécié les différences atypiques avec nos régions, ainsi que l’atmosphère sonore et visuelle de l’archipel. Il semblerait que cette expérience offre beaucoup de nouveautés qui raviront les dresseurs expérimentés autant que les plus jeunes. Si vous ne souhaitez plus avancer dans des arènes pour obtenir des badges mais plutôt prendre part à une tradition ancestrale qui saura vous surprendre plus que jamais et testera vos talents de dresseurs jusqu’au bout, cette aventure est faite pour vous!

+ Une nouvelle génération de Pokémon! Pleine de charme et de créativité sur tous les plans. – Les cristaux Z ne sont pas très intéressants sur le plan stratégique.
+ La région d’Alola, ses autochtones, son visuel et sa musique vous raviront.  – Les quêtes annexes sont peu ambitieuses et manquent de développement.
La disparition du système de CS autorise plus d’interaction avec les Pokémon de manière générale, notamment par le principe de pokémonture.   Dialogues parfois un peu enfantins, notamment avec la Team Skull.
Le scénario prend une dimension beaucoup plus évoluée qu’auparavant, ne se limitant pas à une ligue.
Retour en force de la personnalisation des avatars.
Présence de personnages issus de l’animé!
Enjoy!

Andreios

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.