The Disney Afternoon Collection

Un an et demi après Megaman Legacy Collection, une nouvelle compilation de six jeux incontournables et indémodables sortis sur NES sort ce mois. Des jeux qui, comme les Megaman devraient déjà être dans les mains de tout adepte de jeux 8 bits qui se respecte. Pour ceux qui auraient raté leur passage – les jeunes, quoi – un rattrapage s’impose.

Développeur: Capcom
Date de sortie: avril 2017
Consoles: PC, PS4, Xbox One
Genre: 5 jeux de plateformes et 1 shoot them up

La petite histoire de deux grands univers

S’il fallait résumer à une série les jeux qui ont permis à Capcom de se faire connaître, on pourrait me répondre Devil May Cry, Resident Evil, Dead Rising, Breath of Fire, Street Fighter, Ace Attorney, Onimusha, Monster Hunter… Chacun aurait raison, puisque la firme a donné naissance à un nombre important de sagas au fil des générations de consoles. Mais s’il fallait parler précisément des débuts de Capcom, il s’agirait de les résumer à trois axes : d’abord, les divers jeux d’arcade considérés comme des monuments de difficultés (par exemple, l’excellent Gun Smoke, ou la série des redoutables Ghosts’n Goblins) ; ensuite, dès la NES, l’incontournable série des Megaman ; enfin, essentiellement dans la période de la NES, Capcom s’est vu confier l’adaptation des Disney en jeux vidéo.

Héritage de Megaman, le choix des niveaux est proposé dans la majorité des jeux

Avant de parler des jeux Disney développés par Capcom, il convient de parler de Disney Afternoon. Bien avant de détenir Marvel (qui a également été très profitable à Capcom), l’empire Disney s’étendait déjà à des domaines, y compris la production d’émissions de télévision d’autopromotion. Dans le monde francophone, Jean-Pierre Foucault, avant de faire gagner des millions au public de TF1, en faisait gagner au géant américain avec Disney Parade, diffusé les dimanche après-midi de 1988 à 1989. Dans la même lancée, les matins étaient rythmés dès 1990 par le Disney Club, qui a introduit différentes séries animées, des Gummis à Aladdin. Le Disney Afternoon en constitue l’équivalent américain, et c’est sous cette désignation que les jeux Capcom présentement réédités sont réunis.

Catox, l’ennemi principal de Tic et Tac, est facilement reconnaissable

On ne change pas une recette qui rapporte

Quatre séries animées souvent considérées comme celles de l’âge d’or des séries Disney sont adaptées en six jeux NES, sortis de 1989 à 1994 : La Bande à Picsou (DuckTales 1 et DuckTales 2), Tic et Tac : Les Rangers du Risque (Chip ’n Dale : Rescue Rangers 1 et Chip ‘n Dale : Rescue Rangers 2), Super Baloo/Looping (Talespin), et Myster Mask (Darkwing Duck). Comme le Joueur du Grenier l’a relevé, la marque Disney était un repère pour que les familles achètent ces jeux, produits à large échelle. Et les jeux ont été à hauteur des attentes. Chaque jeu propose son propre gameplay, en s’adaptant plus ou moins bien l’univers Disney de chaque série.

Ainsi, dans DuckTales, on suit les aventures de Picsou autour du globe, avec pour seule arme sa cane (utilisable en pogostick), à la recherche de trésors et de ses neveux éparpillés dans les niveaux. Dans Chip ‘n Dale, on peut jouer à deux Tic et Tac à la poursuite de Catox, en balançant caisses, pommes et boulons sur vos ennemis. Dans Talespin, on tente d’incarner Baloo dans ses livraisons dans un shoot them up en avion le faisant croiser sous-marins, fantômes, indigènes, sans oublier Don Karnage et les pirates à la solde du magnat Shere Khan. Enfin, Darkwing Duck nous entraine dans les rues de Bourg-les-Canards à la poursuite des agents du F.O.L.W. et dans des règlements de comptes à coup de pistolets à gaz avec les super-vilains parodiques de l’univers de Myster Mask. Indéniablement, il y a de quoi satisfaire différents goûts.

On retrouve avec nostalgie des personnages comme le Liquidator

Esthétique rétro à la sauce Megaman

Force est de relever une transposition assez fidèle des séries en jeu (on notera toutefois que Darkwing Duck présente à tort chaque méchant comme un membre du F.O.L.W., ce qui marque une confusion entre les deux grandes inspirations de Myster Mask : Batman et James Bond 007). A cela s’ajoute les qualités et caractéristiques usuelles des jeux Capcom de l’époque : une bande son ainsi qu’un design soignés, la possibilité de choisir l’ordre des niveaux, ou encore d’optimiser son véhicule dans Talespin. Toute personne qui ne serait pas hermétique aux jeux NES d’antan doit découvrir ces différents jeux.

Turbo permet de booster votre avion

Du côté des bonus

Les apports de cette version « collector » sont très proches de ceux de Megaman Legacy Collection, et comprennent comme bonus l’ajout de trophées, d’un mode contre la montre, d’un mode boss en folie, des artworks et la bande-son des différents jeux. Des bonus somme toute plutôt prévisibles, tenant du minimum syndical.

La touche « rembobiner » permet de revenir en arrière sur vos actions

Pour conclure…

A l’image du reste de cet article, la conclusion concernant The Disney Afternoon Collection fait écho à celle concernant Megaman Legacy Collection. Les personnes qui ne connaissent pas ces monuments de l’ère Nintendo doivent absolument les découvrir. En revanche, les connaisseurs seront un peu déçus de retrouver les mêmes jeux sans réels ajouts dans un pack qui ne fait pas la liste exhaustive des jeux Disney proposés par Capcom : par exemple, les jeux dédiés à Aladdin, La Petite Sirène, ou La Bande à Dingo auraient mérité d’être intégrés.

Trouverez-vous comment obtenir la fin alternative de DuckTales 2 ?

 

Pour conclure, puisque DuckTales est aux jeux Disney ce que Megaman 2 est à la série éponyme, celui-ci avait fait l’objet d’un excellent portage sur consoles de salon en 2013. Ce n’est peut-être qu’un vœu pieux, mais les aventures des Rangers du Risque, de Baloo et de Myster Mask gagneraient largement à être remasterisées un jour comme leur ainé.

Les pours et les contres

+ Six jeux incontournables de la NES  Certains jeux Disney développés par Capcom manquent à l’appel
+ Des gameplays variés, et enchanteurs   Une fois encore, un pack qui ne coûte rien à rééditer, et qu’on nous ressort sans réels ajouts
+ Une bande-son parfaite pour la plupart des jeux    Les suites (Chip ‘n Dale 2 en particulier) ne sont pas à la hauteur des originaux

Dr. D. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *