Gran Turismo Sport

4 ans après la sortie de Gran Turismo 6, Polys Entertainment revient en force avec son nouveau projet : Gran Turismo Sport. Considéré comme le 7ème jeu principal de la série, certains parlent néanmoins de hors-série et d’autres de rafraîchissement de la formule. Force est de constater qu’une comparaison avec les précédentes sorties est souvent une des étapes pour porter un constat et se forger un avis complet. Alors qu’en est-t-il du nouveau venu chez les tant proclamés « meilleurs simulateurs automobiles » connus à ce jour ?

                                            Développeur :  Polyphony Digital Inc.
Date de sortie : 18 Octobre 2017
Consoles : PlayStation 4
Genre : Course, Simulation

Une orientation inédite

Cette année Polys Entertainment change de cap et décide d’axer son jeu sur les véhicules catégorisés GT, en d’autres termes les voitures dont le nombre de chevaux varient entre 450 et 600. Mais revenons-en au titre même du jeu et plus particulièrement au terme « Sport ». L’objectif est de mêler le savoir-faire de nombreux constructeurs automobiles mondialement connus avec un des plus grands atouts de Polys qui n’est autre que la modélisation toujours aussi précise des voitures proposées. Les reproductions des pépites de Porsche, Alpine et Citroën, pour ne citer qu’eux, permettent à ces constructeurs de montrer au monde entier leur capacité à produire des bolides hautement performants et à la pointe de la technologie. Mais cette année, la collaboration ne s’arrête pas là. En effet,  Kazunori Yamauchi, le créateur de la série, a introduit le concept « vision », qui consiste à faire intervenir ces fabricants plus activement en proposant des modèles conçus spécialement pour le jeu.

Personnalisation de la Golf GTI !

Qu’y a-t-il au menu ?

Mais entrons dans le vif du sujet, à commencer par le premier aspect incontournable de GT Sport qui n’est autre que le menu du jeu. Les habitués de la licence en bénéficient cette année encore et les rookies en font une découverte plus qu’agréable. C’est en effet la spécialité de la maison que de proposer une interface toujours aussi épurée, soignée et efficace visuellement. On remarque notamment des paysages des quatre coins du monde avec la présence de modèles de voiture, choisis avec soin, stationnant ou roulant à travers les plus belles régions du globe.

La Ferrari à Venise !

Partager sa passion

Mais Gran Turismo est avant tout un lieu de partage pour les amateurs d’automobiles et le dernier opus suggère à nouveau deux fonctionnalités dédiées à la perpétuité de cette communauté de passionnés. Cette partie intégrante du jeu, qui sert également aux différents constructeurs à divulguer la culture d’entreprise et l’image de marque, propose tout d’abord un musée où l’on fait plus ample connaissance avec l’histoire des divers fabricants et tout ceci grâce à une frise chronologique qui recense les années phares de la marque, illustrées de petites anecdotes. On aura également la possibilité de partager des photos sur lesquelles se trouvent une voiture et un décor (monuments ou paysages mondialement connus) choisis par le joueur. De surcroît, il est possible de customiser ses véhicules en modifiant la peinture, par exemple, ou encore en ajoutant des stickers sur la carrosserie – ce qui est  totalement inédit. Ce mode consiste donc à partager, commenter et aimer les photos postées par la communauté, un système inhérent à notre ère.

La communauté ne manque pas d’idées !

Un départ imminent 

A ce stade on est en droit de se demander : « Mais qu’en est-il de l’aspect in-game ? » Est-il à la hauteur de nos espérances ? Contrairement à des jeux de course plus arcade comme NFS, Gran Turismo s’attaque à la vraie conduite, celle qui pousse à un maniement propre et efficace. En effet, nous sommes loin de cette volonté d’atteindre la vitesse de pointe de notre véhicule au plus vite tout en takedown son adversaire. A travers ces principes du circuit transmis à une communauté aguerrie, la série a su mettre en avant les as du volant ayant la sagesse d’esprit de ne pas accélérer sans cesse, sous peine de se retrouver dans les tribunes. Par conséquent, un temps d’adaptation, qui peut s’illustrer par d’innombrables tentatives de passage d’un simple virage, est souvent nécessaire et conseillé avant de pouvoir profiter pleinement du jeu.

On peut déjà voir que je vais me manger le mur…

Rassurez-vous, des voitures adaptées aux débutants et donc facilement maniables sont aussi disponibles. De plus, la précision et réactivité des joysticks sont excellents, permettant aux pilotes de rivaliser avec l’IA. En ce qui concerne les détenteurs du Thrustmaster (volant associé), leur avantage en termes de précision de conduite est comme à son habitude indiscutable sur le mode multijoueur en ligne. On ajoutera à cet aspect réaliste, prôné comme le plus gros argument de vente, la possibilité de customiser en partie les performances de sa voiture (fréquence naturelle, traction, barres anti-roulis et autres ratios de puissance) ce qui  permettra de définir son style de jeu. Une fonctionnalité qui ravivera les connaisseurs et laissera les autres joueurs dans un long moment de solitude et de recherches.

Mais jusqu’ici, pas de grandes surprises pour les vétérans de la franchise, me direz-vous. Comme à son habitude, le mode arcade répond présent. Mais poursuivons avec l’autre mode local phare du jeu. Je veux bien évidemment parler de la campagne qui propose une fois encore un large éventail de défis liés aux divers aspects de la conduite. On notera une difficulté grandissante ayant pour objectif de fournir un apprentissage complet aux  novices de la série.

Tentez de relever tous les défis en gold si vous manquez de challenge !

Le mode Sport

En poursuivant, on remarque que Polys, bénéficiant de l’accréditation de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA), ne débarque pas les mains vides puisqu’un mode tout à fait inédit voit le jour : le mode Sport. Il se présente en courses en ligne (les championnats sont certifiés par la FIA) démarrant à une certaine heure de la journée et pour lesquelles les joueurs s’inscrivent préalablement, pour finalement s’affronter dans un cadre spécifique (type de voiture, puissance, etc ..). Je tiens à préciser que les véhicules de catégorie Sport sont exclusifs à ce mode.

On a ici la Audi R8 catégorie Sport !

Afin de respecter l’esprit de ces courses, Polys a  instauré un système de fair play : RFP. Pour faire court, cet indice qualifie l’attitude du pilote au volant. Ce système de graduation va de S à E et le but est de regrouper les joueurs d’un même grade pour chaque course. Si on prend le cas où vous êtes dans le rang E et bien je suis heureux de vous annoncer que vous faites partie des maîtres du rentre-dedans. Naturellement, il y a aussi un ranking portant sur le niveau du joueur, établi selon les résultats des courses effectuées, allant également de S à E (E est ici le niveau de départ).  Mais la collaboration de la FIA ne s’arrête pas là. En effet, les joueurs peuvent suivre les résultats de leurs pilotes favoris et représenter un constructeur durant les courses. C’est une première de vouloir réduire à ce point la frontière entre l’univers Gran Turismo et le monde réel de l’automobile.

Une collaboration pour plus de synergies !

Néanmoins, force est de constater que cet ultime mode de jeu a fait retentir une alarme chez les joueurs et particulièrement chez les aficionados de la série. Certes, les décors somptueux qu’arborent les divers circuits ne vous laisseront pas de marbre mais une liste d’une petite trentaine de tracés, dont seulement 6 sont officiels, et un nombre de voitures avoisinant les 170 font plutôt froid dans le dos s’il l’on compare tout cela au contenu des précédents épisodes. On  mentionnera également l’absence du mythique circuit du 24H du Mans. De plus, le matchmaking hébergé par le mode Sport est légèrement handicapé par ce système d’inscriptions puisqu’il n’est possible de courir que durant certaines tranches-horaire. Pour en revenir aux voitures disponibles, le Brand Central (lieu d’achat des autos) fait peine à voir lorsqu’on sait que sur Gran Turismo 5 il était pratiquement impossible de croiser un joueur en ligne avec la même voiture que la nôtre. Malgré une mise à jour récente, qui a permis un renforcement du mode campagne et l’ajout de quelques bolides comme la F40 (« Quoi ? Elle n’y était pas de base ?? »). Est-ce que cet opus ne serait finalement qu’un moyen pour nous faire patienter jusqu’à la sortie de Gran Turismo 7 ?

Vitesse et sagesse : un duo gagnant !

L’addition, s’il vous plaît !

En somme, Gran Turismo Sport est un épisode à part pour la franchise. En effet, le jeu est fortement orienté vers le multijoueur qui est axé sur l’aspect sport des véhicules. Pour ce qui est de la maniabilité, on peut affirmer avec certitude que la campagne assure aux novices une conduite à leur portée pour qu’ils profitent pleinement des sensations fortes qu’elle procure. Néanmoins, il faudra faire preuve de détermination face aux IA sans merci. Au niveau du réalisme et des détails graphiques, Polys a su faire honneur à ses fans. Cependant, ils ont surestimé le succès de leur nouveau mode qui d’une part ne comble pas toutes les attentes des joueurs et d’autre part compense difficilement le manque de contenu. En ce qui concerne mon ressenti global, je dirai qu’il faut, au-delà de tous les aspects techniques, considérer ce que l’on retient du jeu une fois la console éteinte. La simulation est bonne, les décors sont beaux, les voitures font rêver mais est-ce qu’on a pris du plaisir ? Une chose est sûre, ça a été très agréable de pouvoir tester ce jeu, qui est indiscutablement un des meilleurs dans sa catégorie. Mais il faut parfois se rendre à l’évidence et savoir choisir son camp. C’est pourquoi je sais que mon cœur de gamer ira toujours vers les bons vieux jeux de courses comme Burnout et Need For Speed, certes plus arcades mais pour moi plus enivrants.

Pour et contre

+ Conduite accessible à tous Manque de contenu (Campagne, véhicules ..)
Rapport au monde réel Jeu trop limité en offline
+ Exposition permanente à l’actualité automobile Mode Sport peu fluide en termes de mise en place
Mode Sport innovant
+ Qualité graphique et modélisation des véhicules

Counilla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.