Pokémon Ultra-Soleil & Ultra-Lune

Pokémon, une franchise déjà bien ancrée dans notre culture populaire, s’offre un nouvel (et dernier) opus sur Nintendo 3DS. N’ayant pas touché à un jeu Pokémon depuis les versions X et Y, je n’attendais pas un jeu fondamentalement différent de ses prédécesseurs, mais j’espérais tout de même une certaine innovation dans le visuel global du jeu et dans le design des nouveaux Pokémon que le soft proposait. La question est maintenant : qu’est-ce que le jeu propose en plus et est-ce qu’il atteint des attentes aussi simples ? 

Développeur : Game Freak
Date de sortie : 17 novembre 2017
Support(s) : Nintendo 3DS
Genre : j-rpg, aventure

« Bienvenue » à Alola

L’histoire est très simple, enfantine presque : on commence évidemment par une discussion avec le professeur / spécialiste en Pokémon attitré du jeu avant de commencer dans notre maison avec notre maman qui nous donne toutes les directives nécessaires pour que tout se passe bien. Et on peut enfin partir à l’aventure !… Sauf que non, en fait. On se retrouve un peu coincé entre les promesses d’exploration que le soft vend à l’arrière de la boîte et les PNJs qui nous obligent à passer par différentes étapes pour avancer, notamment l’académie des dresseurs où, après seulement une vingtaine de minutes de jeu, on reçoit un multi-EXP ! Ainsi, on commence assez vite à avoir l’impression que le jeu nous tient la main, ce qui rend l’expérience de jeu particulièrement irritante. Il faut dire que l’aventure on s’en tamponne un peu dans ce nouvel opus : tout est bloqué ! La progression devient alors terriblement linéaire : on passe d’un PNJ à l’autre pour avancer l’histoire qui franchement manque d’intérêt. C’est insupportable à quel point le début du jeu est lent : on ne peut pas respirer sans qu’un PNJ pense que c’est une raison suffisante pour nous rappeler à quel point « on a un don avec les Pokémon » et à quel point il est « sûr qu’on va aller loin » ; en même temps on reçoit un multi-EXP après vingt minutes de jeu, évidemment qu’on va aller loin et facilement ! Il me semblait que Pokémon avait le mérite d’être une franchise où on partait de rien et qu’on devait prouver notre compétence, pas que tout le monde nous considère déjà comme un demi-dieu des Pokémon qui a tout compris à ces jolies créatures. J’idolâtre peut-être les anciens jeux de la saga, mais il me semble que celui-ci nous tient par la main sans jamais vouloir la lâcher et, très franchement, je m’en passerais volontiers. D’ailleurs le jeu doit être particulièrement indigeste pour les joueurs chevronnés des versions Soleil et Lune.

Par contre le monde a de la gueule.

Joli mais petit

Après une introduction peu alléchante au jeu, j’ai tout de même été agréablement surpris par les graphismes du soft. L’univers 3D est agréable à observer et les combats ne manquent pas d’angles de caméras qui les rendent plus dynamiques. Néanmoins, j’ai été un peu perdu au début avec le nouveau système de navigation : en effet, on passe d’un déplacement « bidimensionnelle » à des mouvements en 3D complète. En gros, la caméra n’est plus fixée au-dessus du personnage ; elle le suit, elle tourne autour. Bref, elle bouge et s’adapte à l’environnement dans lequel on se trouve. Ce changement m’a plu même s’il m’a fallu un petit moment pour m’y habituer. Une fois assimilée, elle devient assez agréable et participe bien à l’immersion dans le monde d’Alola. En effet, les environnements gagnent du coup en vie et en beauté, mais pas en grandeur : les fameuses routes de la saga Pokémon semblent faire une centaine de mètres, au maximum. Du coup, l’exploration paraît quasi-inexistante, notamment de par les PNJs qui s’amusent à bloquer les passages, symptomatique de la linéarité de l’histoire.

Encore une route bloquée… on repassera plus tard !

Un petit bruit de fond

Ni incroyable, ni mauvaise, la bande-son originale du jeu est… oubliable ? Aucun thème musical ne m’a particulièrement marqué. Sauf peut-être celui des combats qui est parfois beaucoup trop enthousiaste : « un Chrysacier sauvage ? Mettez-moi la musique du combat du siècle ! » D’accord j’ironise un peu, mais j’ai eu quelques fous rires à cause de ça. Je vous invite à écouter la musique par vous-mêmes et ainsi vous faire une idée. Moi je ne suis pas convaincu.

Quoi de neuf, professeur ?

Le soft propose quelques nouveautés, par rapport à Soleil et Lune, dont notamment l’apparition de Necrozma qui, une fois fusionné avec Solgaleo ou Lunala, prend des formes plus stylées et puissantes encore que sa forme d’origine. Assez sympa donc ! Toujours sur les Pokémon à proprement parler, il y a l’ultra-exploration qui arrive en fin de jeu : elle permet au joueur de voler dans des ultra-brèches sur le dos de Solgaleo ou Lunala et ainsi rencontrer les Pokémon légendaires des jeux plus anciens. Le mini-jeu en lui-même consiste à passer dans des anneaux orange pour prendre de la vitesse et à éviter les boules électriques qui nous ralentissent ; très simple mais assez addictif, surtout si un Rayquaza est à la clef ! Parmi les autres nouveautés, on trouve aussi la Team Rainbow Rocket, composée des boss des teams des opus précédents ! Un clin d’œil assez amusant pour les joueurs aguerris de la saga. Pour mentionner les autres nouveautés moins mémorables, il y a le surf Démenta qui offre au joueur la possibilité de voyager entre les îles sur le dos d’un… Démenta. Verdict : rigolo cinq minutes et vite oublié. Il y a encore le studio photo et l’agence de combat, mais je n’ai pas vraiment eu d’intérêt en les testant.

Le surf Démanta: rigolo mais pas ouf

Pour parler un peu plus en détail de mon expérience de jeu, je dois dire que les nouveautés, bien que pour la plupart assez sympa, n’ont pas suffi à rattraper l’ennui qui a amené à leur découverte. En effet, trop d’éléments m’ont déplu avant, certains étant déjà dans Pokémon Soleil et Pokémon Lune, mais que j’ai, du coup, découvert dans cet opus. Notamment les combats qui sont d’une facilité déconcertante, probablement dus à l’obtention trop prématurée d’un multi-EXP. En effet, j’avais toujours l’impression d’être plusieurs niveaux au-dessus et aucun combat ne m’a donné du fil à retordre, ce qui est quand même dommage !

Un autre détail particulièrement irritant était « l’entretien » de l’équipe où on peut nettoyer son Pokémon et lui donner à manger après un combat. Cette fonctionnalité est trop présente : à la fin d’un combat sur deux le jeu nous dit : « hey faudrait que tu le nettoies ! hey ce Pokémon a besoin d’amour ! » Ce qui, au final, transforme cette fonctionnalité en corvée plutôt qu’un moment qu’on prend avec nos Pokémon favoris.

C’est sympa de prendre soin de ses Pokémon, mais 15 fois en 20 minutes c’est vite relou

Mais là où c’est pire — et oui je reviens là-dessus — c’est à quel point le jeu nous tient par la main : jamais je ne me suis autant ennuyé sur un jeu Pokémon ! A force de vouloir me forcer dans cet état d’esprit enfantin et infantilisant du « t’es le meilleur » alors qu’on me facilite le chemin, j’avais envie d’arrêter de jouer. Et c’est bien de vouloir scénariser son soft, mais les développeurs semblent trop indécis entre raconter leur histoire et laisser le joueur s’amuser, ce qui se sent terriblement et crée un rythme hyper saccadé et interminable. Très franchement, je ne peux pas recommander ce nouvel opus de la saga, d’autant qu’il paraît qu’à part pour le late game, le jeu est très similaire à Soleil et Lune ; donc les joueurs de ces opus doivent particulièrement être déçus.

C’est vraiment pas terrible

C’est un jeu Pokémon, mais tout est lent. Les combats ont des effets visuels sympas, mais c’est contrecarré par la lenteur des tours. Ça manque de défi, ça manque de liberté et ça essaie trop par moment. Tout est dans les extrêmes sans jamais laisser le joueur respirer et, très franchement, c’est dommage. La formule semble pourtant déjà installée, mais malgré tout, ici, elle ne fonctionne pas. Une déception donc, mais je ne veux pas décourager les fans assidus de la saga ; peut-être que ce n’est que moi.

Tiens, c’est ouvert maintenant, on va pouvoir avancer…

Pours et contres

+ C’est beau… … mais on ne peut pas mettre la 3D : elle est bloquée par défaut
+ L’univers est sympa : Alola est une région très différente et qui ne demande qu’à être explorée… … mais le jeu veut trop nous faire suivre un chemin précis
+ Les animations de combat… … mais il n’y a bien que ça de nouveau et de rafraichissant dans ceux-ci
+ La navigation en 3D Le jeu nous tient par la main, c’en est presque insultant
Pas assez de défi
Pas possible de faire plusieurs sauvegardes et absence des sauvegardes automatiques

DigitalDW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.