Tomb Raider – Le Film

Avant de commencer, sachez que cette courte review est garantie sans spoiler !

Maintenant, posons rapidement le décor: je suis un fan absolu de la licence Tomb Raider depuis ses débuts. J’ai tout acheté et consommé de la série, même des absurdités comme Lara Croft Tomb Raider : La Malédiction de l’Épée sur Game Boy Color ou Lara Croft Tomb Raider : L’Ange des Ténèbres sur PS2 (ok, celle-là était gratuite). Certains diront que je suis un « fanboy » de la pilleuse de tombes ; et je ne saurais les contredire… Vous l’imaginez donc très bien, la sortie d’un nouveau film reprenant la trame du reboot de 2013 que j’ai adoré était un événement en soi. J’étais très impatient, mais à la fois très méfiant, de voir ce qui allait en sortir.

Verdict ? Sur le moment, j’ai pris du bon temps, malgré quelques détails bien pénibles que j’ai relevés immédiatement, mais, sur le long terme, plus j’y repense, moins j’apprécie ce film. Je m’explique. Les réalisateur et scénariste tentent une approche pour plaire à la fois aux joueurs qui ont terminé le jeu vidéo de 2013, et les autres, qui n’ont sans doute aucune idée de ce qu’il va se passer durant les quelques minutes devant le grand écran. La prouesse est évidemment difficile, mais surtout complètement ratée à mon sens. Pour le gamer connaisseur, l’équipe du film a — pas du tout subtilement — changé un élément clé du scénario original qui décrédibilise toute la quête de l’aristocrate britannique, et qui englue l’histoire dans un enchaînement de clichés cinématographiques dont on se serait bien passé. En revanche, un personnage introduit très tôt dans le long-métrage, et dont les intentions sont limpides pour le joueur aguerri, se voit totalement inchangé par rapport à son œuvre originale ; ce qui casse complètement le pseudo-plot-twist de fin. Quant à celui qui découvrira pour la première fois l’histoire du reboot de Tomb Raider, il n’y verra qu’une version édulcorée, sans aucun contraste, et vraiment pas surprenante.

Dans Tomb Raider, il y a le mot « tombe » qui fait partie intégrante de la série… mais pas des films, visiblement. Alors oui, un bon quart de l’aventure se déroule dans l’une d’elles, mais qu’est-ce que je me suis ennuyé durant cette période ! Entre pièges prévisibles et répétitifs, énigmes totalement absurdes et anachroniques (car, oui, l’un des personnages se voit obligé d’utiliser une lampe-torche pour aider à résoudre un puzzle) et choix moraux discutables, j’ai absolument détesté la fin du film.

Si j’ajoute à cela un méchant mal choisi, des rôles secondaires peu intéressants, un manque de fantastique, et un cliffhanger peu convainquant, j’obtiens un résultat en-dessous des deux premiers films de Tomb Raider. Oui, je n’ai pas honte de le dire : j’ai préféré ces deux volets de la saga… Ok, j’ai un peu honte de le dire quand même. Pour terminer sur une note positive, je tiens à saluer le choix de l’actrice principale: Alicia Vikander. Malgré quelques maladresses dans son jeu, elle incarne à la perfection la nouvelle Lara Croft. Alors que, à l’époque, Angelina Jolie avait été sélectionnée principalement pour ses formes et sa popularité — choses qui étaient en parfaite adéquation avec ce que représentait le marketing du jeu vidéo Tomb Raider en ce temps —, cette jeune version du célèbre personnage fictif prend tout son sens dans le contexte actuel. Donc, s’il devait y avoir un autre film de la saga dans quelques années (ce qui semble se profiler), je ne troquerais pas la comédienne actuelle, afin de la voir évoluer dans une véritable suite, et non un second reboot. Avec une meilleure réalisation, nul doute que les septième et dixième arts formeraient enfin une bonne équipe. Affaire à suivre !

Thomario

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.