The Crew 2

Le premier opus de la saga The Crew, sorti le 2 décembre 2014, proposait un jeu de course arcade où l’exploration des États-Unis était la clé pour avancer. Trahison, réglages de comptes sur le bitume et moteurs vrombissants, l’histoire de The Crew était simple, un peu clichée, mais efficace pour encourager le joueur à aller plus loin dans le pays et le poussait à relever tous les défis qu’il rencontrait sur sa route… Un sacré bout de chemin plus tard, près de 4 ans pour être précis, sort The Crew 2. Arrive-il à égaler son prédécesseur ? Ou bien la course sera-t-elle encore longue pour ce challenger ? 

Développeur : Ivory Tower
Date de sortie : 29 Juin 2018
Support(s) : PlayStation 4, Xbox One et PC
Genre : course

Sur la terre, en mer ou dans les airs…

… Je triompherai de mes adversaires ! Enfin, au moins j’essayerai. Le monde a changé : faire la course est devenu un moyen d’être connu et de se faire plein d’argent. Chaque année, la compétition, à peine légale cela dit, Live Xtrem propose aux nouveaux arrivants dans le domaine des sports mécaniques de se frotter aux vétérans. Pour ce faire, tous les coups sont permis et surtout, tous les terrains seront exploités : de la terre battue au bitume en passant par la rivière, sans oublier les airs, chaque environnement offre un nouveau défi. Mais attention, il y a un champion pour chaque « famille ». La Street Racing family a son champion invaincu, Tio Marquez, un homme qui ne voit l’avenir des courses de rues que dans l’illégalité : selon lui, rendre les événements légaux enlèverait le frisson de la compétition. La Off-Road family est dominée par Tucker Morgan, un homme du sud qui ne vit que pour explorer la nature avec ses bolides. Spécialisé dans les véhicules tous terrains, Tucker n’hésitera pas à couper à travers champ pour s’assurer la victoire. La Pro Racing family propose de se battre contre leur plus grand pilote de supercars et de formule 1 : Clarence Bishop III. Etant terriblement arrogant, il ne se déclarera jamais vaincu. Enfin, la Freestyle family a Sofia Valentina Herrera, une jeune femme ambitieuse et très douée qui sait donner du fil à retordre à ses adversaires, mais toujours prête à s’amuser et à repousser ses limites. A toute vitesse dans l’eau ou tourbillonnant dans les airs, elle ne s’arrêtera que lorsque tous ses véhicules seront à la casse. Les quatre champions présentés, il est temps de se lancer ! Car contrairement à son prédécesseur, le jeu ne propose pas d’histoire avec des personnages complexes aux motivations aussi secrètes qu’intéressantes. Non, ici, il s’agit de course pour la gloire et de rivalité entre nous, le challenger, et les champions. Un tournant assez surprenant pour la série qui peut décourager, voire même repousser les fans du premier opus.

On s’envole vers de nouveaux horizons

Il faut garder les pieds sur terre

Car si le monde est autant vaste que dans The Crew et que le moteur du jeu a été ajusté aux besoins du jeu (une meilleure distance d’affichage pour les vols en avion, un travail sur les détails et les performances, pour n’en citer que quelques-uns), le monde est assez vide. Le mode histoire, si on peut l’appeler ainsi, n’encourage pas vraiment le joueur à explorer la carte des Etats-Unis : en nous donnant immédiatement la possibilité de nous téléporter d’une épreuve à l’autre, le soft réduit la nécessité de se déplacer dans le monde ouvert. Et lorsqu’on se balade librement, on se rend compte qu’il n’y a pas grand-chose à faire à par… se balader. Il y a bien quelques skills, des défis dans l’environnement qui permettent aux joueurs de gagner des pièces pour leurs véhicules et de l’argent, qui étaient déjà présents dans le premier jeu mais qui sont ici terriblement plus rares. La beauté du monde est donc gâchée par le vide, ce qui est regrettable.

C’est beau, c’est grand, mais c’est un peu vide…

Une playlist pour le road trip

Les musiques sélectionnées pour peupler les différentes radios sont toutes cohérentes avec l’univers du jeu. Leur variété fait leur force, avec pas moins de 8 stations allant de l’Electro frénétique à la Country en passant par le Rock sans oublier la musique Latino et la musique expérimentale, les émissions savent varier le ton et l’humeur pour permettre aux joueurs de trouver celle qui leur correspond le mieux. Avec près de 200 morceaux différents à travers toutes les radios, il y a du choix avant d’avoir tout écouté. Malgré tous ces aspects positifs, j’aurais aimé pouvoir importer mes propres fichiers musicaux dans le jeu plutôt que de devoir constamment passer du jeu à une application tierce. Sinon rien à redire, si ce n’est mon coup de cœur pour la Ambient Radio.

Nouveaux styles, nouveaux défis

La grande innovation de The Crew 2, déjà suggérée tout au long de cet article, est la possibilité de non seulement rouler sur route et hors route (comme The Crew le permettait déjà) mais aussi de piloter des bateaux lancés à toute vitesse sur les rivières, lacs ou océans, et des avions dans des compétitions de figures aériennes. Notons que dans ce nouvel opus, les véhicules qui étaient en DLC dans le premier jeu sont ici disponibles pour tous, soit : les motos et les bolides de type Drift, Dragster et Monster Truck. De plus, il y a de nouvelles catégories, notamment les Formule 1, les Motocross, les Super cars, les Touring cars et les voitures de Rally ! Et avec toutes ces nouveautés, viennent aussi autant d’épreuves spécifiques à chaque type de véhicule : Street race, Aerobatics, Jet Sprint et j’en passe ; pas moins de 14 types de défis sur lesquels il faudra donner le maximum de soi pour conquérir la première place. Et si les épreuves ne vous intéressent pas, il y a un nombre tout de même conséquent de nouveautés à découvrir dans cette carte des Etats-Unis retravaillée : des défis de photo où on nous demande de réaliser telle ou telle action et d’en réaliser un cliché ainsi que des défis entre amis où chaque joueur peut enregistrer un score à un endroit précis et de ce fait encourage ses amis à le battre. La dernière nouveauté notable est le mode photo : en effet, cette fois, le soft nous offre la possibilité de revisiter le trajet des 10 dernières minutes pour trouver le moment précis où on a réalisé l’action du siècle, là où l’opus précédent ne nous laissait prendre une capture que de l’instant où on avait pressé sur la touche « photo » : une très bonne amélioration donc ! Mais tout n’est pas rose dans la Motor Nation.

Capturer à la seconde près

En effet, certains changements sont juste des modifications qui ne sont ni positives ni négatives. Par exemple, le système de type de véhicule a changé : là où dans The Crew on achetait une voiture et on la modifiait avec différents kits, ici on achète un véhicule d’un certain type et on ne pourra modifier que les pièces du moteur et le look, mais pas le type. C’est un changement intéressant puisque cela donne accès à plein de bolides différents mais oblige les joueurs à acheter certains à double, par exemple la Lamborghini Huracán se retrouve en type Street ainsi qu’en Drift et en Touring car, donc il faut l’acheter trois fois en payant plein pot ! Un autre changement qui est plutôt neutre est le nouveau système d’amélioration des performances des véhicules. Dans ce nouvel opus, on obtient du loot à la fin de chaque épreuve. Chaque pièce peut avoir trois couleurs différentes : vert (standard), bleu (rare, avec un bonus) et rose (épic, avec deux bonus). Chaque pièce a aussi un niveau et plus il est élevé, mieux c’est. Enfin, toutes les pièces sont stockées par catégorie (Street, Drift, etc), avec un maximum de quinze pièces par catégorie, par véhicule. Il suffit juste d’attribuer une pièce à un véhicule et l’affaire est jouée. Ce nouveau système permet plus de personnalisation de la conduite, surtout grâce aux bonus sur les pièces bleues et roses qui offrent des améliorations sur la maniabilité, le comportement du bolide en l’air ou sur la puissance du boost. Là où le système est moins intéressant, à mon goût, c’est sur le côté « inventaire » et surtout de devoir assigner manuellement chaque pièce sur chaque véhicule : c’est long et le menu est tout juste assez frustrant pour rendre l’expérience énervante.

Au moins il y a du choix !

Enfin, sur les points vraiment négatifs du jeu et déjà mentionnés : le monde est immense mais relativement vide et on ne peut pas avoir notre propre radio. J’ajouterais à ça : l’absence de policiers pour nous poursuivre de temps en temps ce qui rend le monde encore plus plat puisqu’il ne réagit que très peu aux actions du joueur et le manque de contenu en général ; par exemple il n’y a pas encore de mode PvP ! Ce dernier point devrait être amélioré puisqu’Ivory Tower prévoit des petites mises à jour de contenu mensuelles et de grosses mises à jour trimestrielles (un peu comme les opérations dans Rainbow 6 : Siege) qui ajouteront de nouveaux modes de jeu et beaucoup de contenu (le tout gratuitement !). Néanmoins, dans l’immédiat, le jeu, une fois fini, peut vite devenir ennuyeux.

Il y a quand même plein de monuments à retrouver

Une route pas toujours facile

Le jeu est donc franchement très sympa : très varié autant dans les types de véhicules que dans les épreuves et amenant beaucoup de nouveauté par rapport à son prédécesseur. Malgré tous ces aspects positifs, le jeu est retenu par un certain sentiment de vide, que ce soit avec son monde ouvert peu intéressant ou son manque de contenu après avoir fini l’histoire. Du coup, je recommande le jeu pour tous les fans de course arcade dans des environnements tout de même bluffants avec des styles de jeu variés, mais je recommanderais de le prendre un peu plus tard, le temps pour les développeurs de vraiment exploiter le monde ouvert et de rajouter suffisamment de contenu.

Beaucoup de potentiel, mais peu exploité

Pours et contres

 

Pour Contre
+ Très beau ! Mais très vide…
+ Beaucoup de choix de styles de conduite Mais trop peu d’épreuve par style
+ Un choix immense de modèles de voitures/motos/avions/bateaux Un certain manque d’histoire
+ La personnalisation et amélioration de véhicules ! La navigation dans certains menus laisse parfois à désirer
+ Toutes les nouveautés (avions, bateaux, nouveaux style, etc) qui apportent de nombreuses heures de fun !

DigitalDW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.