Persephone

Pixels a eu le privilège de visiter le festival Ludicious à Zürich en début du mois de février de cette année. J’ai eu l’opportunité, avec trois autres membres de l’association, d’assister à cet événement en tant que journaliste. Sur place, nous avons pu découvrir plusieurs jeux indépendants venant d’horizons divers. Mais parmi la sélection vidéoludique helvétique, Persephone a attiré mon regard. Suite à cela, j’ai pu le tester alors en cours de développement, et assister aux modifications apportées durant l’été. Je remercie grandement le studio Momo-pi de m’avoir permis de l’essayer. Je souligne également que Persephone sort le 1er novembre, ou en d’autres termes, qu’il vient de sortir sur l’AppStore. Voici mon article sur un jeu reposant, contenant une atmosphère mystérieuse, et rempli de puzzles parfois difficiles à résoudre.

Développeur : Momo-pi
Date de sortie : 1er novembre 2018
Plateforme : Android, iOS
Genre : Puzzle

Et si la mort n’était pas la fin, mais la clé…

Ce sous-titre est en fait une traduction de la devise du jeu Persephone. On comprend rapidement qu’il présente un concept assez morbide à ses joueurs : il faut mourir pour pouvoir résoudre les énigmes et, conséquemment, progresser dans le jeu. Les joueurs apprennent rapidement que la protagoniste, jeune femme rousse, a le pouvoir de se renaître et de laisser son cadavre sur la map, qui est un puzzle en elle-même. Les utilisateurs peuvent mourir autant de foi qu’il faut pour atteindre la fin de l’énigme. Cependant, il n’est pas possible de laisser plus de trois cadavres, imposant parfois des contraintes aux joueurs, car un cadavre mal placé peut mener à un blocage. C’est alors qu’on réinitialise le niveau, qu’on étudie les divers dangers pour la protagoniste qui s’avèrent souvent utiles. Flèches, pièges pointus, gouffres, flammes, lave et eau sont parmi les nombreux périls sur votre chemin. Un cadavre permet plusieurs fonctionnalités comme activer un interrupteur sur le sol, ou de servir de ponton sur les pièges à piques, offrant ainsi à notre protagoniste la possibilité d’enjamber son propre cadavre. Oui, en effet, en écrivant cette dernière phrase, je me suis sentie particulièrement noire car il ne faut donc pas hésiter à tuer la protagoniste pour parvenir à la fin du jeu.

Il faudra faire du patinage qui pourrait devenir mortel…

Concernant l’histoire de ce monde fictif, les développeurs laissent un grand espace d’interprétation à leurs joueurs. Nous savons seulement qu’un grand mal a atteint cet univers spirituel et sépare la protagoniste, Persephone, d’un autre personnage, Hadès. En effet, ces deux noms nous évoquent la mythologie grecque du souverain des Enfers et de sa femme. Le but du joueur est donc d’explorer les divers lieux de cet outre-monde, chacun contenant leurs spécificités, pour sauver le mari de la jeune femme. Espace naturel, panorama volcanique, ou terre glaciale, il y a une grande diversité des environnements au sein de ce domaine et qui de fait permet d’apprécier pleinement son étendu.

Spiritualité et éléments naturels

Le studio Momo-pi a abondamment communiqué que leur projet, pour la création du jeu Persephone, a commencé autour du mot « spiritualité ». Nous avons vu que le gameplay et l’histoire du jeu incluent agréablement ce dernier terme. Le style artistique et la musique accompagnent agréablement ce thème. Le design est coloré, simple, mais détaillé. Par exemple, les arrière-plans fournissent l’idée d’un espace démesuré, mais séparé du monde des mortels. Un autre exemple serait de regarder les décors des niveaux de puzzle comme les cubes : fissure, glyphes mystérieux et luisants, ces détails exposent une histoire de ces lieux, tout en induisant une atmosphère mystique sur les joueurs.

Ce niveau s’annonce complexe !

Je retiens trois morceaux du soundtrack, intitulés « Lava », « Hell », et « Jungle », et disponibles sur la page officielle du studio Momo-pi. En effet, ces titres apportent l’idée de l’importance des éléments. La musique reste calme et reposant, mais rappelle de nouveau l’idée de la spiritualité. De plus, la bande-son est adaptée pour chaque monde fictif, offrant un sentiment de mieux entrer dans les différents univers.

Et la vie reprend…

Persephone présente des thèmes très intéressants dont celui du cycle de la vie, et la complexité de la spiritualité. Le studio Momo-pi a bien réussi à présenter à ses joueurs un univers débordant d’éléments à interpréter, de mystère, et de mysticisme. Les puzzles sont parfois difficiles à résoudre, mais il reste amusant de trouver les solutions pour atteindre la fin du jeu. Je vous conseille grandement de jeter un coup d’œil sur ce jeu venant d’un studio suisse-japonais.

Une présentation du menu avec les divers choix des niveaux.

Les pours et les contres

Pour Contre
+ Ambiance mystérieuse globalement bien réussie
+ Une mécanique de jeu originale
+ Une musique adaptée pour chaque monde
+ Un espace fictif laissant place à l’interprétation du joueurs
+ Un style artistique unique

Candydealer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.