Yoko Shimomura, trente ans de carrière #1

La rentrée académique est marquée par un événement majeur pour les amateurs de jeux vidéo en Suisse: la tenue du Cross Dreams Festival en début novembre prochain et, dans ce cadre, la venue d’une figure majeure de la culture vidéoludique : la compositrice Yoko Shimomura. Si j’ai eu l’occasion de la voir en personne il y a trois ans, c’était en me rendant à Paris, où elle a donné plusieurs concerts. La voir, et surtout, l’entendre à Lausanne représente une première à l’aube de ses trente ans de carrière. A cette occasion, Pixels propose une rétrospective sur son parcours musical, de Capcom à Square Enix en passant par Nintendo.

 

Les débuts: de Mickey à Street Fighter

Yoko Shimomura naît en 1967. Ses parents lui offrent des leçons de piano dès sa plus jeune enfance, ce qui scelle son destin, irrémédiablement intimement lié à la musique. Elle entreprend des études pour devenir professeure de piano mais, diplôme en poche, envoie également quelques morceaux de sa composition à des développeurs de jeux vidéo. C’est la firme Capcom qui la remarquera rapidement, et lui proposera d’abord de s’occuper de la bande son de jeux sur bornes d’arcade et sur Famicom.

Adventures in The Magic Kingdom: la première rencontre entre la compositrice et Mickey

Après quelques années à composer, Yoko Shimomura se voit proposer de s’occuper de la bande son d’un jeu qui connaîtra un succès planétaire: Street Fighter II. Au sein du groupe Alph Lyla, elle insuffle son âme au jeu de combat qui marquera l’entrée d’un nouveau genre de jeux sur les consoles de salon. Les thèmes musicaux des différents combattants participent indéniablement au succès de la franchise.

Le thème de Ken, sans doute le plus connu avec celui de Guile

Le succès est au rendez-vous, mais la collaboration entre la pianiste et Capcom, qui la cantonne à des jeux d’arcade, de combat, et des beat them all, prend fin entre 1993 et 1994.

Le thème de Vega (Balrog dans la version japonaise)

L’arrivée chez Square

Dès 1994, Shimomura travaille pour Squaresoft, qui lui propose de composer les musiques du jeu Live a Live. La confiance de Square est évidente, puisque Shimomura sera en charge de plusieurs projets-clés. La compagnie lui offre la composition de son nouveau projet, Front Mission, avec la compositrice Noriko Matsueda. La pianiste va continuer d’œuvrer pour la firme leader dans le développement de jeux de rôle durant de nombreuses années. Pour le public européen, encore peu exposé aux RPG, les compositions de l’artiste resteront inconnues encore de longues années.

Avec Front Mission, Shimomura s’essaie au genre des Tactical-RPG

Squaresoft s’associe à Nintendo pour réaliser un jeu de rôle dont Mario est le héros. Si les compositions de Koji Kondo se retrouvent et balisent inévitablement, en thèmes ou en simples leitmotivs, elles représentent un hommage nécessaire et attendu. C’est néanmoins Shimomura qui est en charge des musiques du jeu Super Mario RPG.

Le thème de la forêt des champignons est probablement un des plus connus du jeu Super Mario RPG

La compositrice profite de l’évolution technologique pour faire la démonstration de son talent. Elle se voit confier la composition des thèmes du jeu Parasite Eve, ce qui lui donne l’occasion d’exposer plus clairement son goût pour le piano, et un registre également plus classique (mais surtout romantique), tout en faisant la parfaite démonstration de sa capacité à tout faire.

La scène d’ouverture de Parasite Eve se déroulant dans un opéra, Shimomura donne ici le ton à la soundtrack du jeu

Shimomura termine le millénaire en composant les musiques du quatrième opus d’une série si mythique que son deuxième épisode (Secret of Mana) a largement contribué à faire connaître Square en Europe: Seiken Densetsu 4, ou Legend of Mana. Encore une fois, l’artiste insuffle une poésie particulière à ce A-RPG mythique, dont l’Europe n’a toutefois pu profiter qu’en l’important.

La séquence d’introduction de Legend of Mana

Yoko Shimomura entamera les années 2000 avec deux séries qui marqueront sa consécration mondiale, mais qui seront abordées dans un prochain article…

Dr. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.