DELTARUNE, Chapitre #1

Fort d’un succès que l’on qualifiera de sans précédant avec UNDERTALE, Toby Fox revient avec un projet différent, mais similaire… mais différent. Presque sans promotion majeure, à la suite de quelques tweets cryptiques, il publie le jour d’Halloween le premier chapitre de son prochain jeu (s’il voit le jour), DELTARUNE. Anagramme ne se cachant pas de sa connexion avec l’aventure d’UNDERTALE, le jeu semble reprendre l’univers et répondre à certaines questions, mais surtout en poser de nouvelles.

Développeur : Toby Fox
Sortie : 31 octobre 2018
Console: PC
Genre : RPG

Le premier regard est le plus important

Comme lorsqu’il proposait UNDERTALE comme projet Kickstarter, Toby Fox décide de nous gracier avec les première impressions de DELTARUNE. « Prévu pour les joueurs ayant terminé UNDERTALE« , selon deltarune.com, le jeu se déroule dans le même univers… plus ou moins. Certains personnages semblent en effet réapparaître et partager la personnalité de leur itération précédente, mais le contexte et les rôles que chacun incarne paraissent différer totalement de ce que les joueurs avaient appris dans UNDERTALE.

Pourtant, le sentiment est très similaire : le jeu se moque des joueurs et bouscule les codes habituels dès qu’il en a l’occasion. Du simple titre de la fenêtre de jeu qui change selon les événements de celui-ci à la distorsion de certaines mécaniques, on sera surpris maintes fois par l’intelligence et l’imagination avec laquelle Toby Fox nous prend à contre-pied lorsque l’on s’y attend le moins. La réaction ira de la surprise au rire, et passera même quelques fois à l’envie pressante d’applaudir frénétiquement en direction de l’écran pour saluer la pertinence de chaque petite anomalie. Comme dans UNDERTALE, les normes établies par 99.9% des RPGs auxquels on a joué à travers notre vie de joueur sont remises en question avec brio.

À travers cette première impression de DELTARUNE, Toby Fox montre que la flamme d’UNDERTALE est toujours là, et qu’il a décidé de la raviver. Cependant, le bois utilisé sera sensiblement différent. Le système de combat est mis à jour vers un juste milieu entre les très innovants concepts introduits dans UNDERTALE et la tradition des RPGs japonais du tour par tour avec de multiples personnages. Relativement bien amené, ce nouveau système semble comporter d’intéressantes possibilités.

Cela vous rappelle-t-il quelque chose?

De l’attention au détail

La narration, comme on pouvait s’y attendre, est excellente. On incarne un personnage ressemblant beaucoup au protagoniste d’UNDERTALE, mais pourtant clairement différencié par la trame narrative ; Kris, humain enfant adoptif de Toriel et Asgore, qui lors d’une journée normale à l’école des monstres se retrouve dans une sorte de monde parallèle des ténèbres, le Royaume des Ténèbres, avec sa camarade de classe et brute de première classe, Susie. Au fil de l’aventure, ils rencontreront plusieurs personnages qui s’attèleront à flouter les lignes entre méchants et gentils, pourtant habituellement si claires dans la plupart des RPGs. L’histoire semble se dérouler soit avant les événements d’UNDERTALE, soit dans un espace-temps totalement différent… difficile d’avoir de réelles réponses à ce sujet avant que le jeu complet n’arrive. Dans tous les cas, les événements s’enchaînent à travers des dialogues brillamment écrits, et très subtilement arrangés. Sans mettre le pied dans le pays des spoilers, voici quelques petits détails qui m’ont particulièrement séduit :

  • Les noms de certains personnages, anagrammes de ceux d’UNDERTALE, qui évoqueront certaines connexions,
  • Chaque objet, ou presque, peut être sélectionné pour une petite description rapide. Celles-ci participent généralement à établir une ambiance particulière. Tout doit être exploré pour une expérience complète,
  • Les points de sauvegarde qui décrivent la situation en tenant un ton adapté aux événements,
  • Le fichier de sauvegarde se fout toujours de votre poire,
  • Et évidemment tout ce que je ne peux pas dire ici, au risque d’être pendu en public.

Vos choix, cette fois-ci, ne sont pas aussi importants qu’auparavant. Cependant, ils seront utilisés afin de mettre en exergue certains éléments liés à votre personnage. Le monde ne dépend plus réellement de vous, la dynamique est même plutôt inversée. Au final, c’est un univers qui semble beaucoup plus solide que celui d’UNDERTALE, moins aléatoire, ce qui change fondamentalement l’approche que les joueurs en auront. C’est ainsi qu’on sortira de ce premier chapitre en voulant absolument en voir plus, et même de le rejouer immédiatement (et ça va plus vite, puisqu’on peut enfin courir !)

Tout est dit. (trad. Personne ne peut choisir qui ils sont dans ce monde)

Maestrovania

Les choix artistiques faits pour DELTARUNE correspondent en tout point aux attentes que l’ont pourrait avoir. Les graphismes sont d’une simplicité étonnamment bien amenée, avec toujours ce caractère enfantin mais un peu glauque dans le design des personnages et des environnements. Beaucoup, à ce niveau, est repris d’UNDERTALE, mais adapté à ce scénario et ce contexte différent.

C’est sur le plan des oreilles que Toby Fox nous lâche encore un home-run total. Alors que certains thèmes sont repris pour faire référence à UNDERTALE, ce sont les nouvelles compositions qui, allez savoir comment, réussissent encore à surprendre par leur parfaite utilisation. La musique des combats envoie une ambiance 80’s à la Kung Fury, alors que celles des différentes partie du Royaume des Ténèbres jouent sur les silences et l’anticipation par moment, et sur la mélancolie par d’autres, pour donner à DELTARUNE une personnalité bien à lui, qui le rendra reconnaissable et différent du jeu qui l’a inspiré.

Si UNDERTALE a créé un sentiment unique, DELTARUNE fait de même en s’en distancer juste suffisamment, et la direction artistique y est pour beaucoup. À chaque fois qu’on a l’impression qu’on s’éloigne un peu trop des bases, on y retourne harmonieusement en s’en rendant à peine compte, c’est un juste milieu entre les références à ce jeu qui nous a tant touché et une expérience nouvelle, différente et unique.

Préparez-vous… à attendre…

De toute évidence, le jeu semble plus ambitieux par sa structure plus difficile à créer pour Toby Fox. Lors d’une FAQ sur le réseau social Twitlonger, il a avoué n’avoir aucune idée des délais, mais il a assuré que, le moment venu, le jeu sortirait dans son intégralité… mais que cela pourrait prendre jusqu’à 999 ans… classique. Malgré ses petits clins d’oeil dans le jeu qui nous disent de lui faire confiance pour la suite, il est vrai que l’inquiétude quant au temps d’attente ne peut être que grandissante, tant elle semble fondée, puisque Toby Fox nous en met en garde lui-même. En tout cas, comme il sait si bien le faire, il a maintenant tous les joueurs de ce premier chapitre au creux de sa main, prêts à mettre le prix qu’il faudra lorsque le jeu complet sortira.

Ayant écarté la possibilité d’un nouveau crowdfunding, il lui faut maintenant trouver des fonds, une équipe, beaucoup de temps et surtout une motivation débordante, car il semble s’être mis au risque d’attentes très lourdes de la communauté des fans d’UNDERTALE. Dans tous les cas, si l’objectif était de créer l’anticipation, c’est plus que réussi avec ce premier chapitre de DELTARUNE, qui semble si prometteur que je n’ai pas décroché de mon écran une seule seconde entre le moment où je les débuté et celui où je l’ai terminé. Ce n’est pas un jeu complet, ni fini. Ce n’est pas un jeu que tous apprécieront. Mais la communauté que Toby Fox avait créé a trouvé une nouvelle raison de spéculer, de théoriser, de s’arracher les cheveux de folie ! Et pour ça, il nous faut à nouveau lui tirer notre chapeau, faire tomber notre couronne, et lui envoyer un gros nonoss d’encouragement. Pour ma part, je vais mettre toutes mes économies dans la recherche sur les voyages dans le temps, si cela m’amène la version définitive plus vite.

Faites-lui confiance…!
Pour Contre
+ TOBY FOX IS BACK!!!  La création de tant d’attentes… irréalistes peut-être?
+ Magnifique bande son.  La création d’un temps d’attente… surréaliste apparemment.
+ Juste ce qu’il faut de nouveautés par rapport à UNDERTALE.   Moins d’importance des choix du joueur.
+ Que de réjouissances pour le jeu final.
+ Toujours autant subversif et introspectif.

ANDREIOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.