Gamescom 2019

Pour ma première année à la Gamescom, j’ai décidé de vous faire un résumé (bien qu’un peu long peut-être) jour par jour des éléments m’ayant le plus marqué !

Mardi 20 Août

Comme d’habitude, le premier jour de la Gamescom est le jour réservé à la presse (bien qu’on puisse penser le contraire lorsqu’on découvre pour la première fois la foule amassée devant les portes de la convention), ce qui simplifie tout de même grandement les déplacements et nous permet d’aller dès l’ouverture tenter d’obtenir des rendez-vous avec certains développeurs et éditeurs. Pour ma part, je me suis immédiatement dirigé vers l’espace occupé par Bandai Namco, dans l’espoir de pouvoir mettre mes mains sur un démo d’Elden Ring, prochain titre de From Software en collaboration avec George R. R. Martin. C’est donc après une course effrénée que j’arrive à obtenir une place pour la conférence de presse de l’heure suivante ; cette dernière consiste en une présentation vidéo de leurs prochains jeux puis d’un accès d’une quarantaine de minutes à certaines démos… dont Elden Ring ne faisait malheureusement pas partie. Un des jeux qui m’a néanmoins marqué, et ce malgré le fait qu’il était entouré par des gros jeux très attendus tels que Code Vein, One Piece : Pirate Warriors 4 ou encore Dragon Ball Z Kakarot, est le jeu RAD, développé par le studio Double Fine et dont la démo était accompagnée d’une annonce de date de sortie le jour même ! Disponible sur Windows, Nintendo Switch, Playstation 4 et Xbox One, le jeu vous plonge dans la peau d’un adolescent armé d’une batte devant aller au-devant de créatures mutées afin de récupérer des ressources d’un autre temps (des floppy disks, merci le coup de vieux…) dans un monde post-post-apocalyptique (oui, ils ont survécu à deux apocalypses). Mais en s’exposant au monde extérieur, votre personnage va lui-même muter et acquérir de nouvelles compétences. La diversité des mutations se prête à merveille au genre roguelike auquel le jeu appartient et permet une très bonne rejouabilité, avec des découvertes des mutations et de combos à chaque partie, auxquelles viennent s’ajouter la bande originale (synthwave de qualité) et le monde rétro-futuriste. On ne va pas se mentir, je l’ai acheté le soir-même, à peine rentré.

Les diverses mutations de votre personnage peuvent avoir un effet… Inattendu sur votre apparence.

Après m’être remis de mes émotions, j’ai rejoint certains de mes camarades afin d’aller voir de quoi en retournait la zone des développeurs indépendants puis les plus grands halls, accessibles au public dès le lendemain. Je suis par pur hasard et pour mon plus grand plaisir tombé sur un jeu que je ne m’attendais pas particulièrement à voir à la Gamescom : Hollow Knight : Silksong. Étant fan invétéré du premier opus, je me devais donc de tester celui-ci, qui était présent dans la zone des développeurs indépendants du stand Nintendo Switch. Malgré l’absence du public, j’ai tout de même dû attendre plus d’une heure pour y jouer… et le jeu en valait grandement la chandelle ! On y retrouve tout ce qui a fait le succès d’Hollow Knight : une musique incroyable composée par Christopher Larkin, des décors grandioses, un monde vivant et des combats dynamiques. La démo proposait deux expériences à choix, une forêt (un niveau plus facile, pour ceux qui n’auraient pas forcément joué au premier opus) et une sorte de grotte emplie de lave, dans laquelle j’ai pu rencontrer quelques personnages avec lesquels Hornet, le personnage que l’on incarne, a pu avoir des discussions (à la différence du héros du premier opus, the Knight qui n’était pas doté de parole !), ainsi qu’un boss ma foi pas facile à vaincre ! Outre la parole, le personnage que l’on incarne dispose évidemment de capacités différentes de celle du Knight, qu’il va falloir apprendre à maîtriser pour venir à bout des ennemis les plus coriaces. Bref, pas de date de sortie annoncée pour le moment, mais je m’en réjouis déjà ! Voilà donc les grandes lignes de cette première journée à la Gamescom !

Lace, le boss plutôt violent que j’ai eu l’occasion de combattre à la Gamescom !

Mercredi 21 Août

Maintenant que nous avons pu prendre un peu nos marques dans cette immensité qu’est la Gamescom, il est temps de s’arrêter un peu plus aux divers stands, à commencer par celui des développeurs suisses, qui s’avère rempli de bonnes surprises ! On citera par exemple Koliseum Soccer VR, développé par Kynoa SA, un jeu de simulation de babyfoot en réalité virtuelle avec quelques twists arcade permis par le médium du jeu vidéo, par exemple la possibilité de récolter des jetons aux divers effets (ajout de balles, augmentation de l’intensité des rebonds de la balle, etc.) ou d’envoyer un de ses joueurs dribbler avec la balle, quittant ainsi la barre à laquelle il est accroché. Mais aussi Bämeräng, développé par LuLuLu Entertainment, un jeu de versus (se jouant a priori à deux joueurs) dans lequel le but est très simple : récolter des cristaux tout en empêchant son adversaire de le faire en lui lançant des boomerangs. Le jeu a un style bien particulier et un gameplay simple à comprendre et à prendre en main, et réserve quelques surprises au fil des matchs et des différentes maps. Il se prête tellement bien à des parties courtes et endiablées que j’y suis retourné les jours suivants pour faire des rapides pauses amusantes ! Je pourrais citer ici nombre d’autres jeux présentés à l’espace suisse, mais je terminerai juste en mentionnant un jeu lausannois, Towaga : Among Shadows, disponible pour le moment sur Apple Arcade mais apparemment prévu pour d’autres plateformes dans les mois à venir. Je n’y ai hélas pas joué, mais le jeu reprend le style graphique ainsi que la base du gameplay du précédent volet, tout en y rajoutant bien évidemment d’autres attraits ! Je me ferai donc un plaisir d’y jouer lorsqu’il sortira sur une plateforme que je possède !

Le reste de la journée était parsemé de petits rendez-vous en groupe pendant lesquels j’étais principalement spectateur et n’ai de fait pas joué aux jeux proposés, je laisse donc mes collègues vous en parler, et passe maintenant au jour suivant.

Ne vous laissez pas avoir par ses jolies couleurs, l’univers de Bämeräng est impitoyable, et des mains pas si innocentes pourraient venir influencer vos parties…

Jeudi 22 Août

Après être passé dans la zone Final Fantasy XIV afin de jouer avec des gens gentils contre des ordinateurs méchants pour gagner un t-shirt, il était temps d’aller voir les jeux proposés par Devolver, notamment Fall Guys : Ultimate Knockout. Ce dernier propose une série de mini-jeux éliminatoires, à la manière d’un Takeshi’s Castle, dans lesquels une centaine de joueurs en ligne au maximum pourront contrôler des petits personnages mignons s’affrontant afin d’être couronné champion. Durant la démo, trois mini-jeux étaient disponibles, mais les développeurs prévoient d’en avoir une trentaine à la sortie puis d’en rajouter gratuitement par la suite !

Un peu plus tard et il est l’heure d’un des plus gros rendez-vous de la semaine, celui avec le géant Nintendo ! Au programme : des muffins dont je cherche désespérément la recette ainsi que plusieurs jeux à tester ! Pour ma part, j’ai eu l’occasion de compléter une arène dans Pokémon Sword, et n’ai pas été dépaysé : on y retrouve les petites énigmes à résoudre avant d’atteindre le champion, ainsi qu’une floppée de dresseurs pour nous barrer le chemin ! La démo étant limitée à une arène, je ne peux pas dire grand-chose des nouveautés apportées par cette huitième génération, par exemple concernant les Terres Sauvages ou les nouvelles options de personnalisation du personnage, mais la transition de la série sur la nouvelle console de Nintendo a l’air de s’être faite à merveille et je me réjouis de pouvoir y jouer dès le 15 novembre et découvrir encore plus de nouveaux petits monstres que ceux présents dans la démo, qui étaient ceux préalablement présentés dans les trailers.

Vendredi 23 Août

Cet avant dernier jour de convention (mais dernier pour moi, n’y étant pas allé le samedi) marquait la fin de la Business Area, ce qui impliquait donc de se mêler à la foule et aux files afin d’aller tester divers jeux un peu partout sur le site. Après un bref passage sur le stand Catherine : Full Body (qui, pour faire court, est un remake de Catherine avec quelques ajouts, notamment un nouveau personnage, sorti en début d’année au Japon et maintenant disponible en Occident), nous nous sommes dirigés à nouveau vers le stand des indépendants sur Nintendo Switch, ici, j’ai pu personnellement tester Trine 4, mais la démo ne contenait qu’un seul niveau et, bien que jouable à deux, qu’un seul des trois personnages. Néanmoins, ce dernier opus semble opérer (notamment par l’angle de vue) un retour aux sources et à ce qui a fait le succès des deux premiers volets, après un troisième volet qui a déçu plus d’un joueur. Plus tard dans la journée, nous avons pu nous essayer à Darksiders : Genesis, en groupes de deux. Pour son nouvel opus prévu pour 2019, la série adopte un mode de jeu hack’n’slash, s’approchant sur certains points d’un Diablo, et permet pour la première fois jouer Strife, le quatrième cavalier de l’apocalypse (les trois autres ayant été les personnages jouables des trois premiers opus), accompagné de son frère War qui fait son grand retour (en réalité ce n’est pas tant un retour, car les événements de Genesis se passent, comme le nom l’indique, avant les événements du premier Darksiders). Malgré un bug nous ayant empêché de réellement terminer la démo, le jeu a l’air tout à fait agréable et l’ajout d’un mode de coopération dans un Darksiders est une bonne nouvelle… Peut-être verra-t-on un jour opus avec les quatre cavaliers réunis et jouables en coopération, allez savoir !

Pour conclure, cette Gamescom était pour moi une expérience dingue et je tiens à remercier vivement toutes les personnes présentes qui ont su nous accueillir et nous parler de leurs jeux avec beaucoup de gentillesse et de passion ! Je ne me fais aucun souci pour l’avenir du jeu vidéo, il m’a l’air bien prometteur !

ratdo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.