BPM : Bullets Per Minute

Assez fan de jeux de rythme et de FPS, j’ai été très surpris d’apprendre l’existence de BPM : Bullets Per Minute. Les reviews sur Steam le qualifiaient de « Crypt of the Necrodancer rencontre Doom rencontre Binding of Isaac ». Ma curiosité piquée au vif, j’ai acheté le jeu et y ai mis quelques heures pour me forger un avis. Retour rapide sur ce petit ovni indépendant.

BPM

Développeur : Awe Interactive
Distributeur : Awe Interactive
Date de sortie : 15 septembre 2020

Plateformes : PlayStation 4, Xbox One, PC
Genre : Rythme, FPS, Rogue-Like

La chevauchée des Valkyries

Il n’y a, pour ainsi dire, aucune introduction au jeu. On incarne une Valkyrie qui se lance à l’attaque des forces du mal qui menacent Asgard. Très bien, on ne perd donc pas de temps avant de se lancer dans l’action. Et de l’action il y aura ! BPM est un jeu de rythme, action, FPS et rogue-like où l’on va, tout simplement, courir, sauter, esquiver et tirer. Comme Binding of Isaac, il y a plusieurs « étages » à parcourir avant d’arriver au boss final. Chaque partie est une suite de niveaux générés aléatoirement suivant le même enchaînement de lieux. Chaque niveau a un boss qu’il faudra battre avant de pouvoir accéder au suivant. On commence avec uniquement un pistolet, mais on débloque rapidement des bonus et des objets qui augmentent nos capacités de mouvements, nos statistiques (dégâts, vitesse, etc) ou encore notre arsenal. Il y a un système de points qui donne une dimension de scoring en plus qui peut s’avérer sympathique si ça nous branche.

Le score, en haut à droite, est multiplié quand on est en rythme.

Jusque-là, je n’ai décrit que les aspects FPS et rogue-like du jeu. En effet, la partie rythme est ce qui le démarque du reste : chaque action (sauf les déplacements de base) doit être réalisée en rythme, faute de quoi on perdra notre combo et ainsi notre précieux score s’accumulera plus lentement, le temps de se remettre sur la mesure. Intuitif, le système d’actions en rythme donne au jeu une dimension très intéressante : on commencera à privilégier certaines armes et certains objets en fonction de notre aisance à rester en rythme et on planifiera un tant soit peu plus nos actions en fonction des ennemis et de leur nombre que dans d’autres jeux de bourrins. Globalement, un concept rafraîchissant et qui marche étonnamment bien !

On va pas se mentir, rester calme et en rythme avec autant d’ennemis peut être assez compliqué.

Bienvenue en enfer, je suppose ?

Les graphismes de BPM sont assez « hit or miss » : soit ils vous plairont, soit vous les détesterez. Les développeurs sont partis sur un look saturé. Toutes les couleurs sont criardes et dégoulinantes, les lumières sont exacerbées et le flou de mouvement peut rendre le tout assez pâteux et franchement pas très détaillé. Pour moi ça a marché, mais parce que ce style très spécial colle bien au jeu, à son rythme, à son action et à sa musique. Il y a même certains niveaux qui seraient probablement moins beaux et uniques si le style visuel avait été abordé de façon plus traditionnelle. De plus, conscients que cela pouvait poser problème, les développeurs ont laissé l’option de diminuer la saturation. Ils ont aussi fait attention à ce que les éléments importants ressortent bien par rapports aux murs des donjons : les ennemis sont souvent illuminés de jaune/orange, de même pour les objets avec lesquels on peut interagir. Une direction artistique risquée donc qui risque de dégouter plus d’un, mais saura séduire son public cible.

On aime ou on n’aime pas. Perso j’adore !

Qui dit jeu de rythme…

Que serait un jeu de rythme sans musique ? Probablement un jeu de rythme décevant. Ce n’est pas le cas de BPM qui propose environ une heure de bande-son originale typée rock/métal mélangeant parfois un peu de synthés. Si tous les thèmes du jeu ne sont pas incroyables, il y en a certains qui restent en tête. Le point commun de toutes ces musiques et leur aspect répétitif et leur emphase sur les percussions. Ces attributs musicaux sont primordiaux pour aider les joueurs à trouver et maintenir le rythme malgré l’action et le stress de certaines situations.

FPS, rythme, que demander de plus ?

BPM a clairement été une bonne surprise. Le jeu a une rejouabilité assez grande puisqu’il y a de nombreux objets à trouver pour devenir complétement overpowered. De même, le côté rogue-like aide grandement à rendre l’expérience moins répétitive. Car c’est finalement là peut-être le seul défaut du jeu : la musique et les niveaux sont suffisamment peu variés pour qu’on puisse s’en lasser à force. Mais l’expérience en vaut la peine, si la dimension rythmée du jeu ne vous rebute pas ! Il s’agit là d’un véritable ovni vidéoludique suffisamment intriguant et maîtrisé dans ce qu’il propose pour plaire à plus d’un ! Je recommande vraiment l’expérience.

Il vous faudra les bons équipements pour finir, mais parfois on devient carrément overpowered… et c’est fun !

Pours et contres

Pour Contre
+ Un gameplay innovant : le mélange jeu de rythme et FPS est très réussit Pas vraiment d’histoire
+ Une bande originale au poil Pas troujours facile, et la RNG peut décourager certains
+ Des graphismes surprenants et assez beau
+ Le côté Rogue-Like aide à rendre les parties plus intéressantes
+ Y a moyen de devenir complétement overpowered et c’est très rigolo

DigitalDW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.