Le speedrun #4: C’est où le fun ?

L’heure est grave mes amis, nous arrivons finalement au dernier épisode de cette chronique. Mais rangez vos mouchoirs, aujourd’hui nous allons parler des endroits où vous pourrez vous épanouir dans le speedrun ! Nous avions mentionné auparavant la communauté liée à cet univers, et je vous propose maintenant d’y sauter de plain-pied. De nombreux sites et forums sont dédiés à cette discipline, et il va sans dire (vous commencez à avoir l’habitude…) que je ne pourrai tous les énumérer. Cependant nous allons en introduire quelques-uns qui, à mon sens, sont bien adaptés à une première approche. Lançons-nous, vaille que vaille !

Speedrun.com

Je vous l’accorde, ce site-là n’était pas bien difficile à trouver… Il n’en reste pas moins un incontournable dans le domaine puisqu’il regroupe énormément d’informations liées au speedrun (vous vous en serez doutés). Ce site recense tous les temps (single-segment !) ainsi que les vidéos soumises par les speedrunners sur bon nombre de jeux. En plus de cela, vous pouvez également y trouver des tutoriels, des programmes utiles au streaming et des précisions quant aux réglementations (oui parce que c’est sérieux, le speedrun). Et si l’envie vous prend de regarder des runs en live, c’est possible aussi grâce à l’onglet « Streams ». Finalement, le site dispose également d’un nombre faramineux de forums, tous respectivement dédiés à un jeu ou domaine spécifique du speedrun. De quoi passer le temps, pour sûr. Mais encore faut-il ne pas avoir peur de l’anglais…

Speedrun.com - 123ème, belle perf’ ! (Je vous laisse trouver le jeu.)
Speedrun.com – 123ème, belle perf’ ! (Je vous laisse trouver le jeu.)

SpeedRunsLive.com (SRL)

Cette fois-ci, il s’agit d’un site entièrement dédié aux streams de speedruns. Vous pouvez trier  les diffusions live par nombre de viewers ou par jeux. Celles-ci sont directement réunies depuis Twitch.tv rien que pour vos beaux yeux ! À noter tout de même que les runners n’étant pas inscrits sur SRL ne peuvent pas streamer sur cette plateforme. Cependant, celle-ci est bien pratique, dans le sens qu’elle est agréable et permet de naviguer aisément entre différents streamers et jeux. Si vous ne savez donc pas quoi faire de vos soirées, ce site ne demande qu’à être visité !

SpeedDemosArchive.org (SDA)

Bien que l’aspect de cette page internet tende à nous faire regretter les graphismes du minitel, il ne faut pas sous-estimer ses ressources ! En effet, sous l’onglet « Games », on pourra retrouver un bon nombre de vidéos venant de records du monde, le tout dans plusieurs des catégories existantes pour chacun d’eux. Avec celles-ci viennent aussi les commentaires personnels des runners ou TASeur eux-mêmes, parfois succincts, parfois très complets (et souvent cryptiques pour les non-initiés). J’attire également votre attention sur le fait que les temps mentionnés après les noms de jeux peuvent soit faire référence à un run, soit à un TAS. Néanmoins, comme il s’agit dans tous les cas du meilleur temps effectué sur ledit jeu toutes catégories confondues, il est très rare qu’il fasse référence à un single-segment.

Le logo de SpeedDemosArchive.org
Le logo de SpeedDemosArchive.org

TASvideos.org

Alors là, on atteint un niveau de mise en page qui frise la crise d’épilepsie. Mais n’ayez pas peur, avec un peu de détermination et de plissements d’yeux on peut trouver sur ce site tout ce qu’il faut pour ravir les amateurs de TAS et d’aspects techniques ! En effet, outre les enregistrements, il est possible en parcourant l’onglet « Game Resources »  d’obtenir des explications sur tous les tricks recensés de bon nombre de jeux. De plus, des vidéos accompagnent généralement ces explications afin de pouvoir étudier ces techniques au cas par cas. Cependant, il s’agit encore une fois d’un site rédigé exclusivement en anglais, il est donc de bon aloi de maîtriser un minimum la langue si vous souhaitez en apprendre davantage.

GamesDoneQuick.com (AGDQ/SGDQ)

L’AGDQ (Awesome Games Done Quick) et la SGDQ (Summer Games Done Quick) sont des événements ayant lieu respectivement en hiver et en été. Des runners se relaient durant toute leur durée pour vous offrir un spectacle haut en couleur. Et au-delà du côté ludique de la chose, ces événements permettent également de lever des fonds pour la bonne cause ! À ne rater sous aucun prétexte donc. Cette année, l’AGDQ a engrangé plus d’un million de dollars pour la fondation contre le cancer… Alors ? Convaincu que le speedrun sert à quelque chose finalement ? Plus sérieusement, ces événements sont planifiés sur une semaine entière, H24, et diffusés sur Twitch.tv ainsi que la page d’accueil du site. Vous n’avez donc aucune raison de ne pas y assister ne serait-ce qu’une trentaine de minutes. Quelle classe vous aurez, lors de votre prochain dîner mondain quand vous mentionnerez votre participation à une manifestation caritative…

La bannière du site internet GamesDoneQuick.com
La bannière du site internet GamesDoneQuick.com

CheatEngine.org (parce que pour s’entraîner, la triche est permise !)

Vous avez des remords quand vous envisagez de tricher ? Les runners n’en ont aucun, eux. En effet, il est vraiment pratique d’avoir un logiciel de type « Cheat Engine » pour s’entraîner à runner un jeu. Imaginez un passage qui demande une exécution millimétrée que vous allez devoir répéter une centaine de fois afin d’augmenter votre pourcentage de réussite. Car une fois le moment venu dans un run, il n’y a pas de deuxième chance. Si ce moment se trouve au beau milieu d’un niveau, vous n’aurez aucune envie de revoir la même cinématique une bonne centaine de fois, c’est pourquoi le Cheat Engine devient carrément nécessaire afin d’y mettre un point de sauvegarde. De plus, ce programme permet généralement d’être invincible, de se téléporter, de voler ou même d’avoir des ressources illimitées comme des munitions etc. Il est donc un outil très utile pour explorer un niveau de manière non-conventionnelle et ainsi pouvoir chercher le moindre petit glitch qui se cacherait dans le jeu.

NESblog / Speed Game (chaîne youtube)

Vous en avez marre des sites et autres liens en anglais ? Et bien cette chaîne youtube est faite pour vous ! NESblog, en collaboration avec jeuxvideo.com, nous offre ici une chronique de qualité avec moults épisodes sur le speedrun, et ce en français ! Celle-ci est malheureusement terminée, mais ne vous en faites pas plus que ça, le nombre de vidéos déjà postées est assez conséquent pour que vous n’ayez pas à vous plaindre pendant un long moment… Dans Speed Game, les bien nommés « RealMyop » et « CoeurDeVandale » vous présentent des runs et les commentent afin que vous les compreniez. Allant de race entre speedrunners aux prestations live, en passant par les TAS et autres joyeusetés, cette chronique couvre l’essentiel des jeux cultes de l’univers du speedrun. En plus de ce contenu déjà conséquent, cette chaîne youtube comprend également des conférences, de la musique ainsi que des événements tous liés au monde du jeu vidéo. Je vous invite donc sans attendre à y jeter un œil ou deux.

Le logo de Speed Game avec CdV (gauche) et RealMyop (droite)
Le logo de Speed Game avec CdV (gauche) et RealMyop (droite)

Et les développeurs, ils en pensent quoi de tout ça ?

Dans un premier temps, ceux-ci n’étaient pas ce qu’on peut appeler des « fanas » du speedrun. Vous vous en doutez, il y a plus sympathique que de voir un jeu sur lequel on a durement travaillé se faire démolir à coups de glitchs. Avec l’avènement des nouvelles technologies, les développeurs désireux que cela n’arrive plus commencèrent à « patcher » leurs jeux pour que ceux-ci ne subissent pas les exactions des speedrunners. Néanmoins, voyant que la communauté était grandissante, certains d’entre eux ont commencé à comprendre que les runners n’en avaient pas après leurs jeux, mais qu’ils l’aimaient tout autant voire plus qu’un joueur lambda. C’est pourquoi aujourd’hui ils prennent de plus en plus en compte l’aspect du speedrunning en proposant des timers, en ne patchant plus les glitchs, et en incluant même parfois des « achievements » liés à ceux-ci. Par exemple, Bethesda, papa des Elders Scroll, ne patche que rarement les glitchs découverts par les joueurs, estimant que ceux-ci font partie intégrante de l’expérience de jeu. Les développeurs en viennent même parfois à consulter les speedrunners afin de savoir ce qu’ils aimeraient voir présent dans leurs jeux, en termes de timers ou autres.

… J’en suis navré, cette petite chronique est terminée. Vous étiez déjà prêts à vous confronter à ce monde hors-normes, maintenant vous avez même quelques endroits pour vous y divertir en bonne et due forme. Et si certains d’entre vous ont carrément eu une révélation et ont décidé de se lancer dans la compétition, sachez que nous aimerions bien en entendre les répercussions ! J’espère que vous aurez eu autant de plaisir à la lecture que moi à l’écriture et à bientôt pour de nouvelles aventures ! (Finir avec des rimes, c’est la classe ultime).

Syskel

 

<< Le speedrun #3: Késako ?

4 thoughts on “Le speedrun #4: C’est où le fun ?

  1. Excellente chronique et qui pourra me servir de base pour expliquer que non , les « speedrunners » ne sont pas des « joueurs tricheurs » mais bien des joueurs voulant prolonger l’expérience sur des jeux qu’ils ont appréciés et qui les ont marqués.
    Car à mon plus grand regret notre communauté subit encore des jugements « haineux » de la part de joueurs se disant « legit » car les exploits et les glitchs c’est le mal.(joueurs qui pour la plupart ont déjà utilisé des bugs ou glitch et ce même sans le savoir 😀 )
    Bref joli présentation et assez complète pour initier les débutants en la matière et le tout sans préjugés.

    1. Merci de ce retour fort sympathique !

      De nos jours, le speedrun trouve de plus en plus son public et sa place dans le monde du jeu vidéo, bien que les détracteurs existeront toujours.

      Mais bien souvent, ceux-ci ne réalisent pas que « démonter » un jeu pour l’exploiter demande un temps et un investissement bien plus conséquent qu’une expérience « legit », et qu’il faut à fortiori avoir une affection prononcée du jeu et de ses mécaniques pour s’investir dans une telle démarche.

      Bien souvent, (pas toujours, certes) un speedrunner sera bien plus enclin à défendre le jeu tel qu’il est qu’un joueur dit « lambda » ; alors même qu’il en exploite les faiblesses 😉

  2. Super chronique, simple, instructive, drôle et donnant les outils pour aller plus loin.
    Une super ressource que je partagerai à chaque fois que ma mention du terme « speedrun » dévoilera des mirettes bien étonnées en face de moi.

    Merci Syskel =)

    1. Et bien très heureux de l’apprendre, j’ai pris énormément de plaisir à rédiger cette chronique et je ne peux que me réjouir du fait qu’elle soit instructive !

      De rien, Pyroptere ; )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *