Ratchet & Clank – Le jeu

Bienvenue chers amis ! Dans cet article nous allons parler du Lombax le plus célèbre de la galaxie : le bien nommé Ratchet, et il n’est pas seul. Il vit au quotidien bon nombre de péripéties avec son fidèle compagnon ; un petit robot dénommé Clank. Ces deux compères reviennent envahir nos consoles après une absence de plus de deux ans pour nous en mettre plein les mirettes ! Pour ceux qui ne connaissent pas cette riche licence, ne vous inquiétez pas, le jeu dont nous allons parler est un remake du tout premier opus éponyme sorti en 2002 sur PS2 ; il s’agit donc d’un « nouveau » départ. Cette relance de l’univers de Ratchet & Clank a été introduite par une adaptation cinématographique qui n’a, semble-t-il, pas été à la hauteur des espérances de certains fans… D’ailleurs, mes compères en expliquent mieux les tenants et aboutissants que moi, c’est pourquoi je vous laisse à leur article si vous souhaitez en savoir plus sur le film. Mais ! Oui parce qu’il y a un « mais » quand même, aujourd’hui est un jour nouveau, et je vous l’annonce déjà : le jeu apparaît, lui, être d’une qualité tout à fait honorable. Eh bien, je vous vois déjà frétiller d’impatience derrière vos écrans, alors allons-y !

 

2_ratchetvista_1459502435

  • Développeur : Insomniac Games
  • Date de sortie (Suisse) : 20 avril 2016
  • Console : PS4
  • Genre : Plateforme / Action

C’est quand même beau, nom d’un blarg !

Comme une clé à molette qui nous frapperait en pleine figure, les graphismes nous mettent une claque d’entrée de jeu. En effet, dès les premières secondes de gameplay, on se retrouve dans un univers haut en couleur et particulièrement bien soigné. Si vous avez joué à l’original, vous serez ébahi lorsque vous reconnaîtrez les environnements que vous avez déjà sillonnés il y a maintenant quelques années. Sans perdre son charme d’origine, l’univers de Ratchet & Clank atteint une toute autre sphère sur PS4, et ce n’est pas pour déplaire à nos beaux yeux ! Pour accompagner ces graphismes, les animations ainsi que les effets spéciaux sont également de mise et ne font qu’amplifier notre immersion lors des premières démonstrations sportives de notre petit Lombax. Seul bémol notable de ce nouveau rendu graphique : Ratchet a l’air beaucoup trop lisse. Il perd considérablement en charisme et n’affiche malheureusement plus ses sourcils froncés et son regard déterminé pour laisser place à un visage plutôt… niais.

C’est bien beau tout ça, mais en quoi c’est différent de l’original ?

Ayant terminé de nombreuses fois l’opus original sur PS2, je peux vous assurer que ce remake ne vous décevra pas en terme de renouveau. En effet, si la probabilité de se retrouver face à une simple refonte graphique vous faisait peur, il n’en est rien. Il s’agit bien là d’un nouveau départ de la licence ; la trame a été légèrement modifiée, et cette fois-ci on aborde l’histoire du point de vue du capitaine Qwark qui parle depuis sa cellule de prison et nous narre l’aventure. Cependant, dans cette nouvelle approche, on perd malheureusement l’essence même du Ratchet cynique et blasé des premiers opus. En effet, on y trouve à la place un protagoniste naïf et insipide qui ne souhaite que rejoindre les « Rangers galactiques » pour devenir un héros. Ce point ne colle pas du tout avec la personnalité pourtant bien ancrée dans la saga PS2 qui nous présentait alors un personnage critique et sarcastique sans être antipathique pour autant. Il avait son propre caractère ; dans ce remake, il semble totalement vide et quelconque.

Mais laissons cet aspect de côté pour aborder un autre point central : les mécaniques de jeu ont été partiellement revues, et de nouvelles armes fort sympathiques rejoignent celles déjà présentes dans l’original. Un système bien cousu d’améliorations ainsi qu’un levelling ont également été ajoutés à celles-ci afin de donner plus de profondeur à notre panel destructeur et de le faire évoluer dans la direction souhaitée. De plus, au niveau des objets collectionnables, les boulons d’or sont accompagnés dans cet opus de cartes permettant de débloquer des bonus et autres lorsque l’on en obtient suffisamment. Ces mécaniques additionnelles permettent d’étoffer encore plus l’expérience de jeu et nous donnent une envie irrépressible d’explorer les moindres recoins de cet univers pour en découvrir les ressources cachées. Et comme si ce n’était pas suffisant, la progression et les évènements dans les différents mondes ont eux aussi été revus pour renouveler l’expérience vis-à-vis de l’original !

En somme, le tout premier opus de la franchise a donc droit dans ce remake à un traitement particulièrement généreux et bienveillant ; une vraie revitalisation qui permet de redécouvrir les premiers pas d’une licence avec un œil nouveau. (…Sauf pour  Ratchet, désolé, ça je ne peux pas le laisser passer.)

5_metro_ship_1459502438

Et le casting ?

La majorité des personnages de l’original sont bien présents dans cet opus, et laissent même quelques nouveaux protagonistes s’y immiscer. Ceux-ci sont les bienvenus pour amener un peu de fraîcheur, mais on regrettera peut-être de ne pas avoir le temps de s’y attacher tellement leurs interventions sont courtes et parfois anecdotiques. Néanmoins, nos bons vieux « Skid McMarx », « le plombier » et « Al », le féru de mécanique, restent fidèles à leur première apparition et c’est tant mieux ! De plus, la plupart des doubleurs sont bons dans ce remake et nous rappellent les voix du premier opus sans difficulté, sauf pour notre Lombax… (Il fallait s’y attendre). Et bien justement, puisque nous en parlons, abordons maintenant les personnages principaux : Ratchet, Clank, Qwark et Drek.

Passons rapidement sur Clank pour lequel aucune empathie n’est réellement créée à aucun moment. Sans vouloir taper sur le boulon qui dépasse, on ne ressent tout simplement rien pour ce petit bout de ferraille qui nous avait pourtant marqué de ses remarques robotiques dans les précédents opus. Il est en effet plat, n’a que très peu d’interventions, et semble beaucoup moins expressif qu’auparavant.

Il en est malheureusement de même pour Ratchet, qui, en plus d’un design trop léché, ne fait aucune intervention intéressante tout au long de l’aventure. Là où, dans la série originale, il se démarquait souvent par sa réticence à jouer les héros et ses remarques bien placées à l’encontre des autres protagonistes, on ne retrouve maintenant qu’un personnage passif et malléable ne questionnant jamais rien.

En ce qui concerne le grand méchant du jeu, Drek, et bien dans cet opus il est accompagné du Dr. Nefarious qui n’était pas présent dans l’original. Celui-ci semble d’ailleurs ajouté au forceps et n’apporte pas vraiment grand-chose au développement de l’intrigue en elle-même. Il apparaît plutôt comme une sorte de raccord plus récent à l’univers de Ratchet & Clank, comme pour accrocher les joueurs n’ayant pas joué à l’opus original, mais aux suivants sortis sur PS3. Cela a pour effet de minimiser grandement l’importance de Drek, qui n’apparaît qu’à peu de reprises pour nous exposer son plan maléfique et n’est donc malheureusement pas très développé.

Cependant, un personnage a gardé son « charme » d’antan ; il s’agit de Qwark ! Le héros qui n’en est pas un est, lui, plutôt bien développé. En effet, son doublage est bon, et on reconnaît tout de suite tous les traits de caractère inhérents au Qwark d’origine. Toujours aussi bête, toujours aussi peu héroïque, et toujours aussi drôle à son insu. On a en effet l’impression que l’effort a été fait correctement pour ce personnage central du remake.

3_disco_1459502436

Tout ce qu’il faut pour bien se poiler

Un point fort de ce jeu, et on n’en attendait pas moins d’Insomniac Games, c’est l’humour. Un humour bien propre à l’univers de Ratchet & Clank. Les textes des personnages secondaires font souvent mouche et nous laissent échapper quelques rires tout au long de l’aventure. Des remarques auto-dérisoires sur la série telles que : « On ne s’est pas déjà vu ? » ou « On se voit dans le prochain remake ! » font également apparaître un sourire sincère sur nos visages. Et pour amplifier ces dialogues souvent drôles, l’apparition de nouvelles armes loufoques est un gros plus ; notamment le « Groovitron » qui lance une boule disco et fait danser les ennemis pris dans le rayon d’action, et le « Pixéliseur » qui transforme les adversaires en un affichage 2D pixellisé. (Je vous encourage d’ailleurs à tester ces armes sur tous les monstres, surtout les très gros, c’est hilarant !)

Franchement, ça se laisse jouer

Malgré le fait que l’histoire devienne presque secondaire étant donné le manque de développement des personnages et de la trame, ce remake dispose d’un gameplay riche et très agréable à jouer. En effet on ne se lasse pas de parcourir ces mondes, d’en explorer les moindres recoins et de taper sur tout ce qui bouge. En plus de cela, la difficulté est au rendez-vous. On aurait pu avoir peur, étant donné le public ciblé, que le jeu devienne trop facile, mais il n’en est rien.  Ce remake dispose d’un choix de difficulté, et même en « normal », il est nécessaire d’avoir un minimum de pratique pour ne pas mordre la poussière de temps à autre. Il n’y a que très peu de bugs présents dans une expérience de jeu normale, mais je pressens déjà un opus également intéressant du point de vue du speedrun (… Désolé, déformation professionnelle).

Le jeu en lui-même ne nécessite qu’une quinzaine d’heures pour être terminé mais, ne vous en faites pas, le nombre conséquent d’objets collectionnables ainsi que le « mode défi » – permettant de rejouer l’aventure avec ses armes déjà acquises pour en débloquer les améliorations – nous invitent à vagabonder encore des heures durant sur les différentes planètes de ce remake.

Pour conclure, je dirai que Ratchet & Clank est un bon jeu, à n’en pas douter. Il faut bien comprendre que les remarques faites tout au long de cette review sont intégralement subjectives vis-à-vis de l’univers de notre Lombax favori, et qu’elles découlent de mon point de vue de fan des premières heures sur PS2. Ne vous méprenez donc pas, ce jeu permet de renouer avec ces bons vieux plateformers qui commencent à se faire rare de nos jours ; et il s’impose déjà comme un des piliers next-gen du genre. Malgré certains points qui me chagrinent (… Ratchet), je peux vous dire que j’ai vraiment pris mon pied en jouant à ce remake qui sublime et revitalise un premier opus qui était déjà très bon.

RCPS4_4_nov_bridge_1459502439

Les pours et les contres

+ Des graphismes époustouflants  Une histoire un peu baclée
+ Un humour indémodable  Un Ratchet trop lisse et insipide
+ Des ajouts bienvenus et maîtrisés  Moins d’empathie pour les personnages
+ De bons doublages (Sauf Ratchet)  Des transitions abruptes entre événements
+ Une difficulté bien dosée
+ Un gameplay aux petits oignons
+ Une rejouabilité intéressante

Syskel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.